• A Li'Le PieCe oF MaDNeSS..

    …Sa main qui caresse ma joue avec tendresse. Son regard qui s'accroche à mes yeux déjà conquis, il dépose ses lèvres sur les miennes en un délicat baiser. La braise de ses prunelles enflamme soudain mes sens et la tendre caresse se transforme en un contact torride. Le trajet de ses doigts sur mon épiderme exacerbé me procure de divins frissons. Un petit grain de folie et c'est parti… Ce n'est pas juste un petit câlin en passant, mais un instant renouvelé au fil de nos sensualités accordées.
    Nous avons tous deux oublié où nous nous trouvons. Ce sont les regards furibonds des clients et la toux discrète de la vendeuse qui nous ramènent à la réalité. Je pense qu’il est de bon ton d’abandonner la place. Un clin d'œil complice et nous voilà dans la rue. À peine dix pas que l'on nous rappelle. Oups, ta carte bancaire Bébé. Retour à la caisse sous l'œil amusé de la commerçante qui lui tend sa Golden un rien envieuse de notre parade amoureuse.
    - I'm sorry, thanks Mrs... Merci madame!
    Bébé en perd son latin, son français en l'occurrence. Ah cette manie qu'ont les britanniques de s'excuser pour un oui ou pour un non! Je ris de le voir embarrassé et il me lance son œillade genre "tu ne sais pas ce que tu risques ma cocotte à te moquer ainsi de moi!"
    Oh que si, je le sais parfaitement. Je plaide coupable haut et fort, je réitère même et sans l’aide d’un représentant du barreau! Comme il n’est pas question de s’installer dans ma petite chaumière pour l’instant aussi ravissante soit-elle, mais trop inconfortable, nous atterrissons dans un cadre idyllique aménagé au milieu de plantes odorantes et arborescentes. Monsieur a dégotté ceci sur le net.
    L’endroit est somptueux et "généreux". La chambre, tout comme le lit, est XXL. Cadre douillet où se mêlent végétation murale et tissus d'ameublement couleur pastel. Le lieu propice au repos et à la réflexion. Oui, mais non, Bébé et moi sommes ici pour nous "détendre".
    Le ciel bleu, complice de nos folies espiègles, nous attire vers cet univers où les deux canailles que nous sommes, se livrent à un libertinage réinventé par nos soins. Pour ce petit jeu de rôle, je suis parée en lingerie et en huiles de massage à la verveine -aux frais de mon fripon- et je compte bien lui faire savoir combien j’excelle dans le genre. Rien d'aphrodisiaque, nous n'en avons nul besoin. C'est donc avec le moral dans les étoiles et le feeling Provence qu’il m’enlace avec force, je m'abandonne aux merveilleuses sensations que m'offre mon matou coquin. Le ‘’samouraï’’ me prive parfois de mobilité, mais il ne me contraindra jamais à l’abstinence…
    Certes, ces jours-là, je ne me lance pas dans une chevauchée fantastique, ni dans la toupie tonkinoise. Mais il existe d’infinies possibilités pour atteindre la volupté. Je ne donne pas de leçons, juste un conseil: apprenez à connaître votre partenaire, à très bien le connaître et vous verrez qu’il est inutile d’être une dévergondée pour lui faire vraiment plaisir.
    Bourgeoisement campée dans un nid douillet de coussins, le traversin en guise de soutien, je jappe façon petite chienne lubrique. Mon Fripon est le maître de la caresse osée. Innocemment il me propose un massage plus ou moins coquin et généralement cela dérape au moment où, me semble-t-il, chaque parcelle de mon corps devient indépendante. Drôles de sensations, mais frissons assurés.
    Nul besoin de préliminaires pimentés pour gagner en excitation, rien qu’un petit grain de folie…

    « MeRRy, CHeeRFuL & HaPPy...Do aGaiN & Do oVeR... »

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :