• A TRiP FoR TWo ( II )…

     

    …Voyage de noces, plaisant petit-déjeuner. Connaissez-vous le jeu du pirate?
    Bébé maîtrise le sujet à fond. Oups, c’est un lapsus! Ma Canaille est au top, ainsi c’est plus correct. Le premier réveil est lumineux, -je parle de l’ambiance là- le soleil filtre au travers des tentures, c’est magique. Une fois celles-ci repliées, face à ce bleu immaculé, c’est… le pied! Et alors quand arrive le breakfast, nous hallucinons. Rien ne manque. L’air marin doit donner de l’appétit. Moi, qui le matin, me contente d’une boisson chaude d’habitude, j’apprécie un énorme pain bretzel pour accompagner mon thé. Comme il était encore chaud, je l’ai tartiné de beurre salé. Et une coupe de fruits frais, une. Bébé ne me reconnaît pas. A-t-il vraiment besoin de m’immortaliser la bouche pleine? Le bonheur se reflète sur mon visage me dit-il. Mouais …il n’a rien compris! Ce n’est pas le petit déjeuner qui me rend heureuse…
    S’il veut rester au top, Mon Fripon a intérêt à fréquenter assidûment la salle de sport. Encore neuf p’ti-dèj comme celui-là, et l’embonpoint le guette. Nous faisons quelques selfies pour les ami(es), mettons en ordre notre dressing puis nous partons explorer le navire.
    Amal, le steward, devait nous guetter derrière la porte, car aussitôt avons-nous mis un pied à l’extérieur de la cabine qu’il nous apostrophe déjà. Il nous propose le guide du shopping et le programme des activités et divertissements de la journée. Il va vite se prendre d’affection pour Ash si celui-ci le gratifie d’un pourboire à chacune des prestations qu’il nous soumet. C’est plus que cela, le steward est natif du Sri LanKa, et Bébé a exhalé son savoir en s’adressant à lui par quelques mots dans sa langue natale. Nous allons de découverte en découverte. Il y a un cyber café au décor digne des plus grands films de sciences fiction. Une salle de jeux vidéo aussi immense que la salle impériale de bal de Sissi. Bébé préfère sa Xbox one dans mon salon, ici il en serait presque… effrayé. Par contre en découvrant le bowling et la piste d’athlétisme il est comme un gosse le matin de noël. Une bibliothèque? Voilà qui me plaît! Je n’en peux plus, il est temps de mettre notre maillot de bains et direction le solarium. Pour Bébé. Moi je me dirige vers le spa. La suite inclus cette prestation et je ne vais pas m’en priver. Le massage a été so fantastic. D’ailleurs, à ce que l’on m’a dit, il est recommandé de respecter un temps de repos de quinze minutes après la séance. Je me suis endormi du sommeil du juste et les spa praticiennes -c’est ainsi qu’on les nomme- m’ont laissé une demi-heure en ambiance zen. Apparemment les massages seraient ‘‘surfacturé’’ -dixit l’une de nos voisines de table- ce qui fait que la fréquentation du spa est plutôt calme en début de croisière. D’où cet accueil plus qu’agréable…
    Les piscines? Les Jacuzzis? Nous ne rééditerons pas l’expérience. Cela aurait pu être agréable de prendre un bain de soleil sur un transat et de se rafraîchir un peu. Trop bondé, trop bruyant. Ce serait nettement plus accessible les jours d’excursions nous dit-on. Seulement ces jours-là, nous sommes… en excursion! La méditerranée et moi entretenons une relation passionnelle depuis plus de trente ans alors je peux me passer des bains chlorés des bassins d’un navire de croisière. Amal, cinq euros, l’expression de sa gratitude, égal deux transats sur notre balcon privé. C’est nettement plus reposant -oui bon, Bébé était en forme- et vivifiant. Nous repérons un petit bar très sympa pour l’apéritif avant de rejoindre nos voisins de table. La robe bohème à l’imprimé fleuri et le perfecto bleu Majorelle que m’a offert mon Pain d’Épices dans la boutique du pont six sont ravissants. Bébé n’est pas mal non plus…
    J’ai vraiment du mal avec la promiscuité. Ces tables de huit me font penser à une cantine scolaire, mais à la guerre comme à la guerre. Le service est long, long, long… Je profite ainsi du déodorant de ma voisine, ou plutôt de l’absence de déodorant. C’est infect! Le comble c’est lorsqu’elle oriente la conversation sur les toilettes tellement plus raffinées de l’autre paquebot sur lequel elle a voyagé l’automne dernier. Elle râle aussi parce que les plats sont trop salés. Depuis qu’il est assis son mari reste muet. Voyant que le sujet ‘‘popo’’ ne m’a pas intéressé, elle réitère avec Guignol et Madelon le jeune couple -ils sont Lyonnais- qui nous fait face. Je n’en peux plus. Il n’y a vraiment personne à cette table avec qui converser normalement? Certainement pas avec Aimé -il désire être appelé par son prénom nous a-t-il gentiment demandé hier soir- la soixantaine, spécialiste des blagues salaces apparemment. Je ne parle même pas de son look de footballeur en vacances. Jogging Adidas bleu ciel clouté au bas des mollets, année mille neuf cent quatre-vingt. En principe une tenue correcte est exigée dans les restaurants du bord. Pour l’apparence, monsieur a certainement tout misé sur le mutisme de madame. Sans doute à cause de ses lèvres -l’on dirait un cul de singe irrité- traitées à la toxine botulique. Angélique -franchement, Bébé et moi sommes pliés de rire intérieurement- a le nez refait, les seins siliconés et un bronzage UV complètement raté. Chirurgie des bras et liposuccion? Également je pense. Angélique, c’est une blague Aimé? En parlant de ceci, connaissez-vous celle de l’aviateur et de l’hôtesse de l’air? Nous non plus car une fois encore, Bébé et moi avons fait l’impasse sur le dessert. Je pense ne pas que Bébé et moi-même soyons de nature vaniteuse et prétentieuse, mais trop c’est trop. De retour dans notre nid douillet, nous avons exigé d’Amal qu’il résolve le souci.
    La salle de bain est trop fabuleuse pour que nous en ignorions les possibilités…

    « A TRiP FoR TWo…A TRiP FoR TWo ( III )... »

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :