• ATTeNTe...



       …Bloqués à Lyon le temps des travaux, nous occupons notre temps comme nous le pouvons. C’est-à-dire, promenade dans le vieux Lyon, achats à la Part-Dieu, friandises coquines en chambre, casse-croûtes à la sandwicherie Paul et cinéma hier soir. Le collaborateur de Bébé lui envoie certains dossiers à ratifier par mail, mais le cœur n’y est pas! Aujourd'hui nous sommes allés nous détendre au parc. Je ne sais pas si mes souvenirs l’avaient idéalisé, mais à présent je trouve les lieux ternes et mal entretenus. Quelque chose me désole encore plus. C'est horrible, les hommes sont pires que des animaux qui eux tuent uniquement pour se nourrir. Chose que, jusqu’à présent, je n'ai pas remarqué, mais Bébé si, le racisme de ceux qui se disent de la bonne couleur est palpable. Je m’imaginais que ces attentats à répétition allaient rapprocher les gens, mais le regard du "bon Français", du ‘’Français de la bonne couleur de peau’’ est devenu suspicieux et accusateur. Certains de mes amis musulmans se tiennent en retrait car l'amalgame que font les ignorants -imbéciles- entraînent parfois des actions-réactions peu louables. Amhed s’est fait cracher dessus dans son épicerie par un retraité. La réflexion plus que venimeuse, sur notre passage, que nous avons entendu à Charpennes dans la bouche d’une jeune femme m'a mise très en colère. ‘’Encore une qui se fait baiser par un macaque’’ a-t-elle dit à ses copains. J’étais prête à en découdre quitte à me faire fracasser. Heureusement pour moi que Bébé est plus posé. Mon "pain d'Epice" n'a pas la bonne pigmentation pour les donneurs de leçons, patriotes bien-pensants qui poussent des ‘’moutons’’ à cibler de leur haine des personnes qui sont elles aussi dans la ligne de mire des terroristes. Agacée, je constate que le pays des droits de l'homme devient un vaste bouillon de non tolérance. Vivement que ces travaux soient terminés afin que nous puissions partir très loin de ces gens bornés.
    Finalement, il n'est pas si mal que cela de nous retrouver là ou tout a commencé entre nous. Bébé et moi en avons profité pour faire un contrôle de connaissances sur notre vie commune. Il comprend que par solitude je me sois créé un petit monde virtuel. Ce qu’il a plus de mal à accepter, c’est qu’à cause d’une personne -que je n’ai jamais rencontrée d’ailleurs- je me sois imposée six mois de chagrin. Bébé s’en veut de m’avoir offert mon premier portable pour m’accompagner dans la solitude où je me trouvais souvent et cela me désole. Moi seule ai utilisé inconsidérément mon HP. Le ravage que cela a fait dans ma vie, c’est moi seule qui l’ai provoqué.
    Sans entrer dans les détails, pour sauver ma peau, par le passé, j'ai été obligé de m'aventurer dans l’horreur afin de divertir un compagnon violent. J'adaptais mes "souvenirs" dans les premiers textes que j’ai écrits, par effet de catharsis paraît-il. Cela n'était qu'une soupape pour évacuer les horreurs que j’avais endurées, mais cela ne me définissait pas. J’en ai joué avec l’un des assidus du blog que je tenais alors et cela a dérapé. Trop tard pour changer ou renier mes mots je voulais les réécrire correctement, en moins vulgaires, mais cela aurait été tricherie. Je viens de décider de les laisser mourir de leur belle mort. C'est étrange, mais depuis que je me suis exilée au UK, je suis devenue plus posée. Cette tranquillité, terriblement désirée, frappe enfin à ma porte grâce à l’aide discrète que m’apporte Ma Canaille.
    Ash a reçu deux artisans et il a rempli un dossier responsabilité civil. Ensuite, comme un vieux couple nous sommes allés faire des courses. J'avoue que j'apprécie beaucoup l'appartement tel qu'il est maintenant. Mis à part que dans la nuit la bâche a claqué et que j'ai eu très peur. Les souvenirs sont remontés à la surface. Il n'est pas si loin le temps où pour soi-disant me protéger je caracolais dans le vieux Lyon. Mes vieux démons viennent encore parfois me hanter, mon sac -vide à présent- est toujours là sous le lit, mais je parviens à contrôler les pulsions qui me couvrent de sueurs froides. Là-bas, il y a les collègues du monstre qui font les beaux dans leur uniforme et à cause d’eux je vais rarement voir les membres de ma famille. Enfin, ceux qui ne m'ont pas tourné le dos. Maë Lynette, Mamaiette vous me manquez tellement!
    Le bon côté des choses c'est que je ne suis plus dans l'attente du meilleur, je sais qu'il ne viendra plus, il est trop tard. Mais, j'ai réussi à établir un semblant de paix avec moi-même et j'imagine que dans une autre vie le grand amour sera présent au rendez-vous et qu'il ne se transformera pas en monstre cette fois-ci. Parfois je suis
    à lire auprès de Bébé sur le canapé tandis qu'il consulte ses mails pros et je me dis que cette fois-ci pourrait être la bonne. Son regard est protecteur, ses traits sont doux, son sourire est rassurant. Quand il lui arrive de remettre une mèche de mes cheveux derrière mon oreille, je nous vois vieillir dans la même direction. Ce que je préfère par-dessus tout, c'est quand sa main s'empare de la mienne et qu'il y dépose un bisou dans la paume. Je me sens... vivante!
    …Ça y est les ouvriers vont nous faire une véranda toute neuve. Tout a été retardé à cause du week-end, mais ils sont enfin à pied d’œuvre. Bébé veut être là. Je ne crois pas que ce soit pour les aider, pauvrets! Ce serait plutôt le côté sergent-major de Mon Caramel qui cherche à s'affirmer. J'essaie de trouver une idée pour l'éloigner du chantier mais rien ne me vient. Si j'en ai bien une mais je ne crois pas qu'elle soit de bon goût! Organisation et logistique dès huit heures du matin. Très motivée et organisée l'équipe! Je suis rassurée, le retour aux Aspidies se fera dans les temps.
    Marre de ces gens jaloux qui jugent. Ce matin, le vieux ronchon du troisième a dit à Bébé qu'il avait de la chance d'être ‘’friqué’’. En gros, la traduction en est qu’il ne fait pas grand-chose pour gagner son argent, mais qu’au moins le bazar et les travaux qui embêtent tous les propriétaires de l’étage se font rapidement. Pauvre imbécile, c'est lui qui travaille jusqu’à des soixante heures par semaine et qui est obligé de se rendre dans des lieux horribles? De quoi je me mêle, je n’ai jamais pu le blairer! S'il veut payer les réparations il n'a qu'à le faire, abruti vaï. Bref j'ai de plus en plus de mal avec les autochtones. Je m'enferme au salon avec mon Harrap's audio, les écouteurs sur les oreilles et j'essaie de me concentrer. Il faut vraiment que je m’y mette avec sérieux. Have you some bread?
    Je rejoins Bébé au salon, il a l'air content, les travaux avancent bien. Wooooh très démonstratif soudain! Un baiser à m'envoyer au ciel illico et drôlement coquin le contact de sa main sur mes fesses. J'ose en redemander et cela m'est accordé. Je crois que jamais je n'ai eu autant envie de lui. Sa langue caresse la mienne, et ses frôlements me mettent le feu. Son érection me fait couler de désir.
    S'il te plaît, viens dans cette fichue chambre. MAINTENANT!!!

    « IMPRéVu...Ne GaRDeS Que TeS BaS... »

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :