• CHeMiN De LiBeRTé ( I )...

    IN SuMMaRy

    ...Une tasse de thé brûlant dans la main, Sohan s'était accoudé au bastingage du yacht pour apprécier le ballet des bateaux de pêche au loin. Il était encore très tôt. Les épaisses nuées de l'aube entretenaient une semi-obscurité rassurante. En vacances, Sohan aimait se lever aux aurores afin de profiter de la quiétude des lieux. Paix toute relative, car des piaillements stridents provenaient du vol de mouettes qui suivait les pêcheurs. Au loin, les moteurs diesel des embarcations emplissaient la baie de leurs grondements. Et les premiers klaxons résonnaient déjà au cœur de la ville. Malgré tout, Sohan se ressourçait en toute sérénité aux fragrances salées que la brise marine lui renvoyait du large. Détendu et relaxé, il réfléchissait à certains dossiers qu'il avait laissé en suspens.
    Il ne parvenait jamais à décrocher totalement. Toutefois, aujourd'hui, son esprit vagabondait à des milliers de kilomètres, là où résidaient famille et amis. Il y avait si longtemps qu'il les avait quittés que l'éloignement transformait ses souvenirs en une douce rêverie. Alors qu'il portait la tasse encore fumante à ses lèvres, Sohan aperçut une frêle silhouette qui avançait mécaniquement le long du quai. La démarche incertaine, une jeune femme se déplaçait péniblement en zigzags. Encore une qui ressortait ivre du Seagull pensa-t-il. La boîte de nuit du port avait très mauvaise réputation car, malgré la loi stricte, l'on y servait de l'alcool aux très jeunes et des drogues illicites circulaient souvent à l'arrière. Malheureusement, le patron était le neveu d'un député très médiatique, autant dire intouchable.
    Médecin-administrateur d'un service d'urgences, lors de ses gardes Sohan accueillait régulièrement des personnes dans le même état que celle qu'il avait sous les yeux. Il ne lui était pas possible de porter toute la misère du monde sur ses épaules, mais incapable de détourner le regard, il se mit à observer attentivement la jeune personne. À mesure qu'elle se rapprochait de lui, Sohan réalisa qu'il y avait bien plus qu'une soirée arrosée en découvrant la tenue de Mylhenn. Celle-ci avançait dangereusement en direction du ponton aux amarres. À présent, Sohan percevait clairement ses sanglots désespérés. Le peu de tissu qui la couvrait était en lambeaux et l'un de ses pieds n'était pas chaussé. D'une main couverte de sang, elle semblait protéger son visage tuméfié d'un agresseur invisible. De vilaines griffures lui striaient les bras et une épaule. Sohan comprit que cela allait mal se terminer. Il ne quittait pas des yeux la progression de Mylhenn. Se redressant lentement, il posa sa tasse sur le rebord de la rambarde.
    Un léger plouf et elle se laissa couler sans lutter dans l'eau sombre et glacée du petit matin. À peine quelques secondes plus tard, d'un plongeon impeccable Sohan fendit la surface de l'eau à peine troublée par la chute de Mylhenn. En quelques brasses, celui-ci rejoignit la position où la jeune femme avait disparu. Il plongea plusieurs fois avant de pouvoir finalement crocheter sa taille et la ramener vers la surface.
    Aidé des témoins qui avaient assisté à la scène, Sohan hissa Mylhenn sur le ponton. Il pratiqua une réanimation musclée au terme de laquelle celle-ci se mit à tousser en recrachant l'eau salée qu'elle avait avalée. Essoufflée, elle insultait ses sauveteurs et hurlait des mots sans suites entre deux quintes de toux. Rapidement hystérique elle se releva et gesticulait en frappant tous ceux qui tentaient de lui venir en aide. Repoussant même la couverture dans laquelle on voulait la réchauffer. Sohan comprit qu'elle était en état de choc et qu'il allait devoir être brutal pour la maîtriser. Il la gifla le moins cruellement possible. Elle se calma instantanément. Il l'a rattrapa de justesse lorsque celle-ci perdit connaissance.
    Une fois sur le BIRBAL, elle se laissa doucher comme une enfant par l'une des hôtesses. Apathique elle accepta que son sauveteur l'ausculte. Le corps émacié de la jeune femme était recouvert d'un nombre impressionnant d'ecchymoses et de griffures. Horrifié, Sohan constata qu'une poignée de cheveux lui avait été arrachée juste à l'arrière de l'oreille droite. S'était-elle fait agresser sur le parking? L'état de la robe que portait Mylhenn lui donna à penser qu'il pouvait s'agir d'un viol. Pourtant, cela n'expliquait pas la maigreur, ni les hématomes anciens qui parsemaient les cuisses et le bas du dos de sa patiente.
    Revêtue de l'une des chemises de Sohan, Mylhenn, immobile le regard vide, avait les yeux fixés sans le voir sur le bol de chocolat chaud qu'on lui avait servi. Le médecin se décida à lui injecter un léger lénitif afin d'apaiser sa détresse. Sédatée, elle s'endormit tranquillement quelques minutes plus tard.
    Mylhenn se réveilla alors que le voilier naviguait en pleine mer. Affolée et submergée par ses émotions, celle-ci se mit à hurler. Ses plaintes faisaient mal à entendre, mais Sohan refusa de la reconduire à terre. Il lui expliqua qu'elle serait mieux sur le yacht pendant quelques jours plutôt que dans un service bondé de psychiatrie. Il savait que c'était ce qui allait lui arriver après une tentative de suicide. Implorante puis prostrée la minute suivante, Mylhenn tenta de négocier sa reconduite à terre. Révoltée au point de vouloir encore se faire du mal, celle-ci refusa de se nourrir plusieurs jours durant...
    Ne parvenant pas à s'expliquer pourquoi, Sohan prit en main la destinée de l'inconnue. À force de patience il parvint à apprivoiser la jeune femme. Par bribes elle lui livra le calvaire quotidien qu'elle subissait auprès d'un compagnon brutal. Elle s'était enfuie à la dernière correction reçue. Désespérée car elle ne trouvait personne pour lui venir en aide, elle avait décidé de mettre fin à ses jours.
    Enfin en confiance, elle révéla son nom de famille au médecin.
    Désabusé, Sohan comprit en les contactant que personne ne lèverait le petit doigt pour venir en aide à sa patiente. Poussant plus loin ses recherches, il découvrit que plusieurs mains courantes pour mauvais traitements avaient été déposées à l'encontre du compagnon de Mylhenn. Il obtint également les rapports de trois urgentistes pointant du doigt plusieurs passages de la jeune femme dans leur service, mais cela était resté sans suite. Les jours suivants, Sohan eut à jongler entre angoisse, ataxie et crises de colère. Il diagnostiqua un manque. Se droguait-elle pour supporter son calvaire?
    Le regardant droit dans les yeux elle lui affirma n'avoir jamais pris de stupéfiants lorsqu'il lui posa la question. Sohan en douta fortement.
    Irritable et agressive elle refusa à nouveau toute nourriture et menaça de se jeter par-dessus bord. Une halte dans un port s'imposait. Sohan avait besoin de l'avis d'un confrère pour mettre un traitement médicamenteux en place et cela rapidement. Elle crut avoir obtenu gain de cause lorsqu'il lui annonça que le BIRBAL accosterait en fin de journée.
    Elle l'insulta en découvrant qu'il la dirigeait vers un centre de soins, mais elle ne put faire autrement que de le suivre. En dehors des marques de coups et d'un comportement tantôt agité, tantôt dépressif, le praticien ne découvrit aucune réelle pathologie. Il recommanda l'aide d'un professionnel pour évacuer les traumatismes anciens. En constatant la maigreur inquiétante de la jeune femme il prescrivit une cure de vitamine D. Toutefois en confidence, il laissa sous-entendre que la protégée de son confrère souffrait d'un manque, mais sans analyses sanguines, il ne pouvait se prononcer. Celle-ci refusait catégoriquement un prélèvement et le clinicien jugea inutile de la solliciter plus qu'elle n'en pouvait supporter.
    Sur le trajet de retour Sohan offrit quelques vêtements seyants à la jeune femme. Souriante, elle le remercia plusieurs fois. Il ne remarqua pas l'éclair de fourberie qui se dissimulait dans les yeux de Mylhenn.
    Elle grignota la moitié d'un churro tandis qu'ils retournaient au yacht et refusa net un repas au restaurant. Prétextant un mal de tête soudain, elle s'isola dans sa cabine.
    Sohan ne s'aperçut de la disparition de Mylhenn qu'au moment d'appareiller. Il passa une partie de l'après midi à rechercher la jeune femme avec l'aide de son personnel et de la police de l'île. L'un des membres d'équipage la découvrit dans un tripot. En le rejoignant dans le débit de boissons, Sohan comprit enfin de quel manque souffrait Mylhenn. Léthargique, installée à l'écart des autres clients, celle-ci avait les yeux clos et un sourire béat sur les lèvres. La jeune femme adossée à la banquette, avait posé ses jambes sur un tabouret. Sa tenue triviale – une tunique courte et un short au tissu pratiquement inexistant- attirait les regards, pas forcément bienveillants, d'hommes à la mine patibulaires. Sur la table devant elle, un verre et une bouteille vides tous deux, tenaient compagnie à un litre de vodka à peine entamé. Ivre morte, elle remarqua tout de même le soudain silence qui se fit dans la salle. En apercevant Sohan, par provocation, elle attrapa la seconde bouteille, la porta à ses lèvres et en avala de longues rasades. Quelques secondes plus tard, la bouteille se fracassa au sol dans un bruit sinistre. Sohan avait fondu sur elle comme un aigle sur sa proie, et malgré les protestations de la jeune femme, il la souleva et la projeta sur son épaule comme un vulgaire sac de pommes de terre. Mylhenn se débattait vigoureusement, mais il la maintenait solidement.
    - Qui va payer ses consommations? Hurla le barman en se précipitant à la suite de Sohan déjà près de la sortie. Celui-ci stoppa net son élan puis il fit lentement face au barman.
    - Considérez que c'est une bien piètre contravention pour l'alcool que vous avez servi en abondance à une jeune personne fragile! Et estimez-vous heureux que je ne prévienne pas les autorités portuaires! Sohan avait parlé posément sans élever la voix. L'autre ne répliqua pas.
    Mylhenn fut projetée sans ménagement sur le siège arrière de la jeep et Sohan s'installa auprès d'elle tant bien que mal. Le capitaine du BIRBAL qui attendait moteur en marche, démarra en trombe.
    Excédé par ses cris et ses gesticulations désordonnées durant tout le trajet, Sohan extirpa la jeune femme manu militari du véhicule à leur arrivée au port. À peine à bord il ordonna l'appareillage. Hystérique, Mylhenn détruisait tout ce qui trouvait dans la cabine où, pour sa sécurité, on l'avait confinée.
    S'égosillant bien inutilement celle-ci vociférait menaces et insultes. N'y tenant plus, Sohan se décida à employer les grands moyens. Il l'entraîna toute habillée sous le jet glacé de la douche et l'y maintint jusqu'à ce qu'elle s'en rende compte. Le souffle coupé, elle suffoqua un bref instant, puis elle se remit à hurler de plus belle. Le médecin tint bon. Tout aussi trempé qu'elle, il continuait à lui parler doucement et parvint enfin à l'apaiser. Peu à peu les cris se transformèrent en pleurs et les pleurs en plaintes.
    Vêtue d'un t-shirt, emmaillotée dans une couverture polaire, Mylhenn dormait profondément. Rassurant, Sohan l'aida à surmonter un premier cauchemar, puis un second. Au suivant il lui administra un léger sédatif. Il savait que l'excès d'alcool avait fait des ravages sur son inconscient.
    Sohan reprit son travail aux urgences.
    En dépit de l'aide qui lui était proposée, Mylhenn retourna auprès de son compagnon violent. Une fois de plus celui-ci la roua de coups, la laissant pour morte sur le carrelage de la cuisine. Son passage en soins intensifs et en rééducation fut une délivrance pour la jeune femme. Son mari était enfin en détention. Ébranlée psychologiquement, Mylhenn se remit à la boisson. On l'admit d'office en cure de désintoxication dans une clinique spécialisée. Le doux souvenir de l'étreinte sauvage qui les avait brièvement unis était encore bien présent à la mémoire de Sohan. Réaliste, il prit ceci comme un charmant remerciement qu'elle lui avait offert, mais il ne se sentait pas mieux pour autant car jamais il n'aurait dû céder aux avances de sa patiente. Peu après son admission en centre de soins, l'on appela Sohan pour lui signifier la disparition de Mylhenn.
    Jamais il ne se revirent...

     

    « CHeMiN De LiBeRTé ( II )...DaNS La CHaLeuR De L'éTé... »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :