• DéÇue et BLeSSée...

     

    ... Ouf enfin chez nous! Euh …chez lui! Nous sommes de retour et je me sens enfin en sécurité. Ah oui, à ce propos, il me semble qu'il y a maldonne lorsque je parle du "château" de Mummy. Ne cherchez pas celui de la belle au bois dormant, il s'agit juste d'une grande maison bourgeoise, tourelles incluses mais maison bourgeoise tout de même! Je me contenterai d’une cave aux traboules, mais je ne me sens plus assez solide pour cela. D’ailleurs, depuis quelque temps au cœur de la ville, les SDF sont illico "chassés" dès qu’ils font mine de déposer leurs grands sacs à carreaux gris lidl. Et moi je n'ai plus l'envie de servir de gibier pour finir dans un centre puant et mal fréquenté, ni celle de dormir dans un carton au fond d'une rue obscure. Alors j’ai suivi mon amoureux qui, lui, a choisi la solution de facilité lorsqu’il est sur Londres. Vivre chez papa-maman, faire le tanguy quoi! Cela dit je ne lui jette pas la pierre, car il est souvent absent alors s’acquitter d’un loyer pour un appartement que l’on n’occupe pas serait un peu ballot. Déjà qu’à Lyon, bref…
    Ici aussi, entre Londres et Stevenage, le temps est exécrable.
    Deux jours avant notre départ un bazar monumental régnait dans l'appartement puis Bébé et moi sommes allés choisir de nouveaux meubles pour la pièce du haut. Nous avons tout réorganisé et maintenant c'est génial! J'ai trouvé une méridienne presque comme celle du bureau et je le lui ai offert. J'assume totalement le fait de me vautrer dans le confortable et d'y prendre plaisir. Cela dit l'appel de la rue se fait parfois encore sentir. Bébé le comprend, il ne m'encourage pas mais il ME comprend. Cependant je reste raisonnable par correction. Il existe des cours de yoga iyengar pour soulager les douleurs de la spondylarthrite ankylosante et Bébé a investi dans ces soins. Je ne vais pas en ruiner l'effet bénéfique avec mes extravagances. Bénéfique c’est à voir tout de même. Disons que pour l’instant cela me soulage …un peu. Une Chouquette raisonnable quoi!
    Afin de terminer sur une note plus gaie que ce chantier imposé, encore que, nous avons organisé une petite crémaillère avec quelques ami(e)s. C’est à cette occasion que l’une de mes congénères a exprimé son ressenti sur le tournant que prenait ma vie. Je suis tellement déçue par son comportement. Je la croyais ma "sœur" de rue. Déçue et profondément blessée car elle m'a accusé de m'être embourgeoisée. Ce n’est pas ce qui me chagrine, j’ai toujours été une petite bourgeoise car vivre dans la rue avec une carte bancaire approvisionnée n’est pas un exploit en soi je l’admets. Ce qui m’a froissé c’est qu’elle me voit comme l’une de ces ‘‘poules de luxe’’ qui se font entretenir par un vieux beau.
    Pire: elle exagère en me blâmant d'avoir tiré le bon numéro. Cette réflexion m’est odieuse. Que ce soit bien clair, je ne suis pas avec Bébé pour son fric! Il arrive parfois qu’en fin de mois, le solde de mon compte soit largement supérieur au sien -lorsque son ‘‘salaire’’ n’a pas été viré- et les mauvaises langues peuvent se taire car je lui verse un petit loyer donc je ne profite pas de lui. Selon elle, j’ai oublié les années galères, je me suis éloignée du clan. Je ne savais pas que je leur devais servitude à vie? Je les aime tous et jamais je n’oublierais l’un d’eux. Toutefois, mes douleurs et mes peurs sont toujours profondément ancrées en moi. Seulement, pour l’instant, Bébé est le seul à savoir s’y prendre pour vraiment me soulager. Mon comportement n'a pas changé, je tends toujours la main à ceux qui en ont besoin mais il est vrai moins souvent parce que je me fais rare. Tous, avec plus ou moins de succès reconstruisent leur avenir. Je vais être brutale, mais ce n’est pas en restant en ‘‘grappes’’ qu’ils y parviendront…
    Je ne serais pas aussi sereine si Bébé n'avait pas pris ma vie en mains. J'ai souvent coulé à pic et récemment, il m’a rattrapé par les cheveux de justesse. Personne n’a su où j’en était arrivé. Alors oui, je me suis suspendue à Bébé comme une moule à son rocher -je sais c’est élégant- et il prend soin de moi ce que j’accepte et apprécie enfin.
    Je suis moins disponible pour ceux du squat je le reconnais, mais en même temps je ne vagabonde plus autant alors ceci explique cela. Je n’ai rien oublié: ni la bâche trouée en plastique qui nous servait d’abri, ni les pâtisseries que nous confectionnaient Fortunée avec les ingrédients que Sonia et moi chapardions au Super U du coin, ni les bains douches aussi crades qu'un couloir de métro. Et surtout je ne pourrais jamais oublier cet amour gratuit distribué largement par des gens que l'on nomme SDF. Je croyais pourtant bien le leur rendre. Lorsqu'enfin j'ai eu mon eldorado je crois avoir partagé largement ce que l'on m'offrait et je n'en n'ai aucun regret. Les veillées ‘‘toilette et repas’’ où l'appartement ressemblait plus à une piscine qu’à un meublé luxueux me laissent nostalgique de ces moments-là. Bébé quelquefois furibard avait l'impression de débarquer dans un club déjanté un soir de thème soirée mousse. Musique à fond, sol glissant et odeurs de cuisine mauricienne. André aimait un peu trop ses cigares. Certes en colère, mais pour la forme car il ne m’en voulait jamais très longtemps. Dans tous les cas cela n’impactait en rien les faveurs auxquelles j’avais droit une fois notre intimité retrouvée. Bébé savait me donner encore plus chaud que les épices de Fortunée.
    Alors oui, à présent, j’ai un toit sur ma tête, oui j'ai des repas convenables chaque jour et oui je me laisse dorloter, mais ‘‘madame Critique’’ a, elle aussi un foyer maintenant alors pourquoi cette agression gratuite? Bon il est vrai que ce soir-là Bébé a eu tendance à montrer qu'il a des "facilités" à régler les factures mais jamais il n'a refusé son aide aux plus démunis. Je crois me souvenir que c'est lui qui a avancé les deux premiers loyers de madame. Stop je deviens mesquine! Bref je ne fais plus cas de cette réflexion et j'adopte le légendaire flegme anglo-saxon. Tenez à ce propos, Bébé a été super fier de sa Chouquette. Le basique Harrap's m'a permis d'avoir une conversation en V.O avec son homologue britannique en stage en France. J'y ai gagné une danse ou tendrement enlacés mon voyou et moi, nous nous déplacions sur un rythme n’ayant qu’un lointain rapport avec la musique endiablée qui sortait des baffles de la stéréo. J'ai noyé mon regard dans ses grands yeux sombres et cherché le contact de sa bouche humide. Un baiser long et passionné, a uni nos lèvres. Nos langues dansaient mais ce n'était pas un baiser de deux êtres avides de sexe mais celui de deux personnes qui se laissent guider par le Dieu Éros. Isolés du reste de nos hôtes, l'instant qui suivit fut exceptionnel et je serais bien incapable maintenant de décrire les sensations éprouvées. Je me souviens seulement qu'au petit matin, le contact de nos sexes fut brûlant. Mes mains sur son torse et mes seins logés au creux de ses paumes, j'ai geint de plaisir. Pourquoi suis-je incapable d’admettre que j’aime cet homme?
    ...Ce soir, seule sur mon lit de princesse -Baby ajwain est au stand de tirs- je repense à notre séjour en région Lyonnaise et mal à l'aise je me rends compte que j’éprouve le besoin de me justifier. J’estime pourtant ne pas avoir à le faire car je n’ai rien à prouver et surtout pas à trahir la confiance de celles et ceux qui m’ont demandé mon aide tout en me recommandant de rester discrète. Que je vive en haillons par solidarité ne rendra pas le monde meilleur. Je ne suis pas une personne égoïste, j’en suis sûre et le quart d’heure de jalousie éprouvé par ma sœur de rue est pardonné.
    Bébé est mon univers actuel. Il est celui qui m'évite de retomber dans mes travers, celui qui me rassure pour l'avenir et celui qui jour après jour essaie de me faire oublier le monstre auquel j'ai survécu. Si l’on ne comprend pas mon besoin de stabilité, c’est que l’on ne m’aime pas vraiment…

    « You MaKe Me HoRNy... SLoW MouSSe... »

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    9
    Vendredi 3 Juin 2016 à 22:21

    Bonsoir à toi,

    toujours un plaisir de relire ces lignes si merveilleusement bien écrites !

    elles sont tendresse dans ce monde de brutes !

    bien amicalement

    claude yes

      • Samedi 4 Juin 2016 à 11:38

        Merci! J'essaie de garder un vocabulaire serein dirais-je! ^^

    8
    Samedi 23 Avril 2016 à 22:50

    Bonsoir,

    au grès de mes voyages de blog en blog, je suis venu m'arrêter quelques instants pour relire ces histoires vraiment bien écrites et intéressantes ! une bien belle plume

    bien amicalement

    claude smile

      • Dimanche 24 Avril 2016 à 17:48

        Merci! Parfois je doute de moi, mais cela me fait beaucoup de bien d'écrire! Bon Dimanche!smile

    7
    Vendredi 25 Mars 2016 à 19:15

    Après lecture, je ferme les yeux et revois et ressens avec délice ce premier baiser où " nos langues dansaient ".... Cela se passait la nuit, sur un banc de l'hôtel du parc.... Nous nous connaissions que depuis quelques heures.... Nous ignorions que l'amour qui était en train de naître allait durer 53 ans.... Oh ! mon ange... Tu es partie il y aura bientôt 8 ans, et tu es toujours présente dans mon esprit et mon coeur.

    Merci d'avoir en vous lisant, permis de revivre des instants si heureux de ma vie.

    6
    Samedi 5 Mars 2016 à 14:20

    Bonjour,

    je suis tout à fait d'accord avec roxan85 ce sont de bien agréables lectures !

    bien amicalement

    claude happy

      • Samedi 5 Mars 2016 à 14:23

        Merci! J'apprécie le compliment! Bon week-end! smile

    5
    Lundi 22 Février 2016 à 14:22

    De bien agréables lectures, merci pour ces partages ... je me régale cool

    Bon lundi ,

    Amicalement

    Christiane

      • Lundi 22 Février 2016 à 16:24

        Je te remercie de ce compliment. Mylhenn!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :