• DeuX âMeS…

       ...Cela faisait à peine un mois qu’ils avaient mêlé leurs liqueurs intimes et déjà Christian l’avait convaincu de vivre avec lui. De rendez-vous en visites inopinées il se rendait indispensable. Il était aux petits soins pour elle. Il était là à la sortie de ses cours, il l’emmenait déjeuner chez Paul, le bouchon à la mode du moment, ils allaient au cinéma à la suite de quoi il la gardait un peu sur le siège arrière de sa voiture. Mais point de sexe, juste des caresses sur sa peau nue, il aimait glisser ses doigts sous son pull et mignoter ses seins tandis qu’il l’embrassait langues mêlées et salive partagée. Il mettait ses nerfs à rude épreuve et la calmait en glissant ses doigts à l’intérieur ardent de ses cuisses. Il n’avait nul besoin de lui ôter sa petite culotte, il lui suffisait de trouver le bon endroit et d’y presser sa main pour que ses attouchements la fassent gémir de satisfaction. Il arrivait parfois qu’elle jouisse. Elle mourrait d’envie de le sentir en elle, mais la condition était claire. Elle devait aménager chez lui. Il prétextait qu’elle valait mieux qu’être le coup d’un soir. Mylhenn se fit tirer l’oreille quelques semaines encore puis elle céda.

    L’appartement de Christian se situait au troisième étage d’une copropriété. Il y avait deux autres logements sur le palier. Une personne seule, fortement intéressée par l’aménagement de Mylhenn et un couple de personnes âgées très avenants. Rassurée la jeune fille s’installa dans ce qui dorénavant serait son foyer. La cuisine à elle seule aurait pu contenir entièrement le studio qu’elle avait partagé jusque-là avec ses deux colocataires. Le salon était douillet et confortable, le canapé tenait à lui seul un pan de mur. Un grand meuble bibliothèque attira son regard car un bar réfrigérant y était incorporé. Christian possédait une quantité incroyable de différentes bières. Elle ne l’avait jamais vu ivre alors elle ne s’inquiéta pas. Soudain elle pâlit, sur la table du salon était déposée l’arme de service de son compagnon. Celui-ci vit son regard et la rassura. Personne autre que lui occupait l’appartement aussi aimait-il que son outil de travail soit toujours à sa portée. Il ajouta qu’elle devrait s’y faire et le ton qu’il employa pour exprimer ce souhait dérangea Mylhenn. Il lui montra ensuite la salle de bains, tenue impeccablement. Elle se rendit compte que Christian était un maniaque du rangement et de la propreté.  Elle qui laissait facilement sa brosse à dents à même le lavabo et sa serviette de bains sur le rebord de la baignoire, se sentit piégée.

    Il ne lui montra pas la chambre et lorsqu’elle lui en fit la remarque, il sourit et l’invita à être patiente. Le repas qu’il lui avait concocté était digne des meilleurs restaurants. L’air de rien, il chercha à savoir si ses bases en cuisine lui permettaient de cuisiner correctement. Le sérieux avec lequel il l’interrogea mit Mylhenn très mal à l’aise et pendant une fraction de seconde elle eut envie de fuir. Ses appréhensions s’estompèrent dès qu’il l’invita à passer dans la chambre. Il lui demanda quelques minutes d’attente, puis il l’invita à entrer. De nombreuses bougies illuminaient la pièce, un diffuseur en porcelaine répandait des senteurs d’huiles essentielles aux agrumes et, cerise sur le gâteau, il avait répandu des pétales de roses blanches sur la couverture bleue qui recouvrait le lit.

    Mylhenn était conquise par l’ambiance. Elle le laissa défaire son chignon. Il passa ses doigts dans ses cheveux, puis il les fit courir sur ses joues, son cou et le lobe de ses oreilles. Ils se regardaient dans les yeux et il la vit frissonner. Il caressa doucement ses lèvres des siennes, en prenant son visage dans ses mains. Elle se sentit enfin aimé lorsqu’il effleura ses joues. Il l’embrassa tendrement puis il se mit à caresser ses oreilles de ses lèvres. Cela l’excita soudain. Il l’embrassa à nouveau, puis retirant sa bouche de la sienne, il passa un doigt sur ses lèvres. Il lui sourit, et il conclut ses caresses d’un baiser sensuel. Emoustillée, Mylhenn appuyait son corps contre celui de Christian. Il vint se placer derrière elle, dégagea ses cheveux sur le côté et embrassa sa nuque puis il caressa longuement ses épaules. Enfin il s’intéressa au zip de sa robe. Il fit glisser le vêtement à terre, découvrant le corps parfait de sa jeune compagne.

    - Tu es une merveille Mylhenn! Ma merveille!

    Flattée par le compliment, celle-ci appréciait la chaleur de ses paumes sur sa peau douce. Il la fit asseoir sur le lit et à genou devant elle, il fit courir sa main le long de sa cuisse. Ses doigts s’égarèrent un instant à la lisière du petit sous-vêtement de Mylhenn. Il insinua un doigt sous le fin tissu, déposa quelques baisers à l’intérieur de sa cuisse, puis il retira rapidement son doigt. Le souffle court elle regardait Christian ôter ses vêtements.

    Nu, il s’allongea sur le lit, Mylhenn comprit alors ce qu’il attendait d’elle. Elle s’appliqua à le satisfaire et lorsque de ses lèvres barbouillées elle l’embrassa fiévreusement il la fit rouler sur la couverture. Ses sous-vêtements volèrent dans la pièce. Il se plaqua contre ses fesses et agrippa sa poitrine des deux mains. Il mordilla sa nuque et d’une seule poussée, il la pénétra rudement. Elle poussa un petit cri de surprise, mais elle apprécia ce qui suivit. Il se fit brutal et doux à la fois. Ses pressions se faisaient de plus en plus fortes. Elle percevait le claquement de ses fesses contre le ventre de Christian et cela l’excita d’avantage. Elle se mit à onduler du bassin tout en encourageant son amant à la prendre plus rudement encore. Il l’attrapa par la taille et la releva de façon à ce qu’elle se retrouve à genou devant lui. Ses mains, toujours sur la taille de Mylhenn, maintinrent fermement la jeune fille et il entama cette sarabande qu’elle désirait plus que tout. Elle cria à en rendre sourd son amant. Enfin apaisés, immobiles, imbriqués l’un contre l’autre ils sommeillaient. Presque endormie, Mylhenn entendit soudain les craquettements insistants d’un grillon. Christian avait déposé son beeper sur la mini commode qui lui servait de table de nuit. Il se redressa d’un bond et alla passer son uniforme en toute hâte. Il était près de vingt heures et l’on avait besoin de ses services. Il rappela son supérieur pour connaître l’adresse de la mission puis il embrassa rapidement Mylhenn sur le front. La main sur la poignée de la porte, il se retourna vers sa jeune maîtresse.  

    - Si tu t’ennuies en m’attendant ma poupée, tu peux commencer à faire la vaisselle! Le ton était sans appel…

    « UN SouVeNiR... UN DéBuT... »

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    2
    Jeudi 14 Juin 2018 à 07:35
    Bonjour, j'étais inquiète et je ne te trouvais plus j'espère que tu vas bien? En fait je reprends certains textes que je n'avais jamais posté. Ceux de ma rencontre avec mon ex et un brin de ce qu'il m'a fait endurer. Quand au reste c'est très difficile aussi. Ne te sens pas obligé de tout lire, j'espère seulement que tu as vu le nouveau chapitre de Litchy!!! Bisous à toi...
    1
    Jeudi 14 Juin 2018 à 07:16

    Oh !! Bichette cela faisait quelques jours que je n'étais pas venue !!

    J'ai lu tous tes posts toujours avec autant de bonheur, pourtant  je ressens un certain malaise...... je...

    Je t'embrasse de tout coeur Miss Chouquette.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :