• DyLaN-HeNRy...

       ...Je crois ne jamais pouvoir aimer l’enfant d'une autre. Je sais que cette affirmation est choquante!

    Ash désirait rendre visite à l'une de ses collègues qui a eu un bébé. Dans un moment d'égarement, il m'a proposé de l’accompagner à la maternité. Mon caramel sait que je ne suis pas famille. Jusqu'à cinq ans, je ne me rendais pas compte qu'un bisou était donné par gentillesse ou par amour. Il était tout à fait naturel pour moi d'en recevoir! Ensuite est venu le temps où plus personne ne m'a embrassé à part mémé Lynette. J'ai compris en un rien de temps que cela était indispensable au bonheur de l’enfant j’étais. Je n'ai plus jamais eu de vrai bonheur et je veux oublier ces moments douloureux. Lorsque dans mon existence, les câlins affectueux ont repris saveur, je ne savais pas qu'il faudrait en payer le prix. C'était hors de prix!
    Je fais l’impasse sur les détails, inutile de jouer à Cosette, mais mon incapacité à mettre un enfant au monde est l’un de mes plus grands chagrins et il découle de ce passé qui m’a détruite. J’aurais pu refuser cette visite…
    Voir Harriet étaler sa maternité m'horripile au plus haut point et me provoque des palpitations. En fait c'est surtout le regard "benêt" qu'a Bébé devant ce lutin habillé de bleu qui me dérange. Je suis malheureuse et j'ai une frousse du diable à l'idée qu'il veuille un jour à son tour se dupliquer. Pour ce qui est de me construire un nid avec oisillons intégrés, il repassera. Je suis tellement désemparée que j'en serais presque impolie. Je refuse de tenir dans mes bras le petit Dylan-Henry. Déjà rien que le prénom ça donne envie tiens! Cette partie de moi qui a été détruite à jamais est encore trop douloureuse à mon esprit et sachant que ce genre de lilliputien me sera interdit à tout jamais, je ne peux pas faire semblant d'apprécier de l’avoir dans mes bras. Ma maladie me sert d'excuse, je dis que j'ai peur de le faire chuter!
    En plus de ses trois kilos cinq et de sa taille de nain, Dylan-Henry -je n’arrive décidemment pas à m’y faire- a une petite bouille craquante. Un toupet de cheveux noirs sur le crâne, rend ce petit bout de vie définitivement irrésistible aux yeux de mon seigneur du barreau. J'ai soudain envie de pleurer. Mon "Bébé" à moi vient de prendre conscience qu'à bientôt trente-huit ans, il était temps d'envisager… le pire pour moi! En serrant le bambin dans ses bras, il a déjà les bons gestes. Servir et protéger étant inscrits dans ses gènes, il le tient comme si la vie du mouflet en dehors de son berceau de toile dépendait de cette étreinte. Tout en le berçant, il le couve des yeux, lui parlant déjà comme à un grand, comme à l’ersatz de son fils. Son neveu Terry est un bon compagnon de jeux vidéo et je n'ai jamais vu plus que de la fierté et beaucoup d’affection d'un tonton lorsqu’il est en sa présence. Mais là je flippe!
    Je crois que c'est à cet instant que nos regards se sont croisés.
    Le sien émerveillé, le mien totalement désorienté. Ce que je vais dire est horrible, mais je me surprends à haïr ce que je ne peux lui donner!
    Cette minuscule chose braille aussi fort qu'un chat dont la queue a été coincée dans la porte. Elle gigote dans les bras de mon homme qui exprime de la tendresse à l’état pur par ses sourires. Cela lui sera toujours refusée par ma faute, alors il m’est impossible de faire semblant d’apprécier le moment privilégié qu’il entretient avec cette petite créature.
    Oui je suis grognon, et malheureuse plus encore. Bébé n'a pas capté tout de suite le pourquoi de ma soudaine morosité.
    - I look a pillock! So sorry my Chouquette! Ah tout de même, monsieur exprime clairement combien il a été stupide de m’entraîner avec lui. Il me rassure et m’assure qu'il a bien autre chose en tête qu'augmenter la population du clan.
    Je n’ose pas lui avouer que le regard qu’il avait en portant Dylan-Henry m'a fait très mal! Harriet a une chance formidable et j'espère qu'elle s'en rend compte. Je profite de mon bonheur, certainement éphémère comme les autres celui-ci, tout en souhaitant ardemment que Bébé n'ait pas envie trop tôt d'un petit lutin à la peau cuivrée.

    Mumy et Philipp ont fait une bonne action alors je me dis qu’un jour peut-être, j’aurais moi aussi ce courage. Je ne veux plus y penser…

    « LeS FeSSeS à L'aiR...So BoRiNG... »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :