• GaRiGueTTeS & CaLiSSoNS...


    ...Bébé a été raisonnable pour une fois. En fait, il n’a pas eu le choix!
    Mon Fripon se sent mal à l’aise lorsqu’il doit mettre les pieds dans un avion, mais il n’a pas voulu m’imposer huit cent kilomètres de trajet en voiture aussi confortable soit-elle. Il a choisi la sécurité des voies aériennes pour redescendre au royaume de la lavande.
    Après un vol sans histoire, nous nous sommes lancés sur les routes de ma chère Provence dans le véhicule de location qui nous attendait à l’aéroport.
    Direction la mer pour un sain réconfort…
    J’ai demandé un arrêt souvenir à Bébé, je voulais saluer Sonia et lui confier ma souffrance de ces derniers jours qui ont été très difficiles pour moi. Les ornières des chemins de chèvre étaient tolérables, mais je suis heureuse de retrouver le bitume.
    …Nîmes, Lunel, Montpellier, Palavas, enfin chez moi!
    Les vagues me bercent et me calment instantanément. Je crois que ce sont elles qui m’ont le plus manquées lors de mes années d’exil. Les vagues et ma Provence ‘‘du haut’’. Maë Lynette m’a fait un magnifique cadeau…
    Depuis ma visite à Harriet, je ne me sens pas très bien. Les joues roses et les petits petons de Dylan-Henry (non, je ne m'y fait toujours pas) sont venus toquer à la porte des pensées sombres qui envahissent mes nuits sans sommeil. Aux Aspidies, Bébé a tenté de me changer les idées -le moins qu’il puisse faire, puisque c’est en partie de sa faute si je me sens aussi mal- et pour cela, il m’a entraîné au fond du parc. Sa famille y possède un délicieux petit pavillon dans lequel Madam’ loge ses hôtes de marque, préservant ainsi leur intimité. Bébé et moi y allons parfois en cachette pour y faire nos galipettes en toute tranquillité. Entre deux câlins rominet, j'ai fait comprendre à Bébé que mon mal être venait de bien plus loin que cette simple visite à une jeune maman. J'ai tellement de mal à exprimer ce que je ressens, à avouer que je me sens comme défectueuse depuis que Christian m’a maltraité.
    Petite, je rêvais du prince charmant et des deux blondinettes que nous aurions ensemble. Ma gracieuse et délicate Miriette, mon miroir, m’a quitté bien trop tôt. Cette disparition m’a anéantie aussi -afin de ne pas sombrer du haut de mes dix ans- j’imaginais recréer un jour ce duo avec mes propres enfants. Qui m’a consolé à l’époque à part Maë Lynette? Personne. Selon "eux" -je les hais- j’étais médiocre et inexistante pour des raisons qu'ils étaient incapables de justifier. Je ne leur pardonnerai jamais de m'avoir persuadé que tout était de ma faute. Pour leur prouver que je n'étais pas aussi nulle que cela, j'ai réussi des études qui ne m'ont servi à rien car à l'aurore de mes vingt ans, le prince s'est pointé. En guise de blondinettes, il ne m'a apporté que des cauchemars. Jamais je n'aurais d'enfant, je le sais. Les regrets sont terribles surtout lorsque je me surprends à penser que si Miriette avait encore été en vie, elle me l’aurait peut-être fait ce bébé…
    Parfois, je me laisse aller au souvenir d'un tableau de Volegov que j'affectionne tout particulièrement. Celui d'une petite fille blonde avec un chapeau dans la main. La vision de cette peinture m'emplit de tristesse, pourtant je ne peux m’empêcher de la contempler les jours où je vais mal. Une infime partie de l’affection que j’ai porté à un inconnu y est restée scotchée et le sera à jamais. Cette petite fille est, dans mon esprit fatigué de lutter, le portrait craché de celle que je n'aurais jamais.
    Dans ce fatras d’émotions et d’explications décousues, Bébé a saisi l'essentiel. Je suis malheureuse de toutes ces épreuves subies qui se bousculent encore dans ma tête. Il a estimé que pour me détendre, cette fois-ci j’ai besoin de plus qu'une chasse au trésor dans le fond du jardin, même si c'est un très joli …jardin! Le temps des petits pieds n'est pas encore d'actualité, c'est dit et affirmé. Je sais qu’il ne me ment pas, la construction de sa carrière est à poursuivre et qui dit que c’est avec moi qu’il voudra ériger sa famille? Tellement de choses peuvent se passer dans notre relation. D’autant que je ne suis pas certaine que bébé soit mon prince. Il lui ressemble fort pourtant…
    Grâce à Mamaiette -ma tante Étiennette- j'ai devant moi les premières gariguettes sous serre du jardin des terres. Pas de sucre, juste ramassées avec beaucoup d'amour et "d'assent". D’accord j’admets qu’il y a de délicieux calissons d'Aix pour agrémenter les fruits. Un thé vert à la cannelle annule les effets malveillants du biscuit. Non? J'adore les calissons, et je ne vois que le bon côté des choses, ce petit goûter fait passer mes comprimés sans difficulté…

    « So BoRiNG... ( XX )... »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    2
    Samedi 12 Mars 2016 à 10:33

    Bonjour,

    Merci pour ton passage sur mon site musical, sympathique de ta part. Je te souhaite une très bonne fin de semaine. Bravo pour tes écrits. Musicalement. marcel...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :