• HaLLoWeeN PaRTy…

       …Cette année, belle-maman s’est surpassée pour l’organisation de la fête d’Halloween! 

    Bébé et moi sommes aux Aspidies depuis vendredi dernier. Je me sens enfin chez moi dans la grande maison de Mumy. Certes je reste toujours le vilain petit canard à cause de mon refus à me laisser ‘‘dresser’’ à devenir une Lady comme Hailie. Mais à présent je fais partie de la famille à part entière. Lui et moi faisons chambre commune au grand jour et c’est ce qui fait toute la différence. Dans mon esprit aussi. Sodishan aurait annoncé à sa mère son intention d’inviter ma cousine pour les fêtes de fin d’année. Ash a vu juste, le tigre Shere Khan, surnom que je donne à Sodishan, est en passe d’être domestiqué. 
    Anaïs va récupérer mon appartement -l’on peut dire cela car les chambres comprennent un modeste salon et une belle salle de bains- et sachant ce qu’elle aime, je vais lui concocter un coin sympa pour lui souhaiter la bienvenue. Je sais qu’il est prématuré de les voir, elle et Sod, déjà convoler en justes noces, mais ce n’est pas une raison pour ne pas soigner son séjour parmi nous. 
    Persuadée qu’il va lui en faire voir de toutes les couleurs, je suis impatiente de voir comment Anaïs va gérer le dragon. Loin de moi l’idée de la rabaisser, mais elle s’exprime en anglais tel un perroquet espagnol alors que tous ici maitrisent plusieurs langues. Je ne suis pas dépaysée car mon parler français correct revient, mon espagnol se maintient et mon anglais passe d’extrêmement nul à moyen donc moi j’ai du répondant. Mais Anaïs? Elle aura un statut très inconfortable vu que Mum’ veille sur son petit comme l’aigle sur sa couvée. De toute façon si Sodishan tient réellement à elle, il fera comme Bébé, il imposera son choix. 
    En parlant famille, j’aurais dû penser à ma future signature lorsque j’ai choisi mon nouvel état-civil! J’ai paraphé une trentaine de documents officiels afin que nous soyons les uniques propriétaires de la maison que nos parents nous offrent à Bébé et à moi. Entre initiales et calligraphie incertaine, je n’en voyais plus la fin. Pourquoi ne me suis-je pas contentée d’un unique nom de famille? 
    Je vais être absente durant plusieurs mois, jusqu’à mi-janvier ce qui est sûre, aussi ai-je confié ma ‘‘Petite Paix’’ à mon père. Lorsqu’elle sera en intervention chez Hélène, Flo viendra aérer et se rendre compte si rien ne cloche. Ouvrir les volets de temps en temps afin que la maison ne passe pas pour être inhabitée car cela pourrait attirer des rôdeurs. Papa a installé des minuteurs sur certaines de mes lampes, cela devrait le faire aussi. Les enfants de Pat viendront y fêter le jour de l’an. Pour le dépaysement déjà et faire vivre mon havre le temps des fêtes. C’est tout de même avec un certain regret que je l’ai abandonné. 
    Bébé et moi sommes impatients que commencent les rénovations de notre ‘‘mushroom’’ -je crois bien que ce nom va devenir définitif- Ce sera très plaisant une fois les travaux effectués mais il va nous falloir patienter plusieurs mois en comptant l’obtention des autorisations. Nous avons décidé d’ajouter une extension à l’arrière du garage afin de créer une pièce supplémentaire. 
    J’en viens à Halloween. Le parc est …lugubre! C’est magnifique! Une sorcière sur son balai et un Jack’o lantern parent l’allée. Les citrouilles disséminées çà et là sont monstrueuses et flamboyantes à souhait. James et mademoiselle Françoise ont passé des heures à toiler les coins de murs du rez-de-chaussée -les araignées sont toutes mignonnes afin de ne pas effrayer les enfants- et mettre en place des ballons, des chandeliers, des chauves-souris, et un chaudron de sorcière empli de papiers journaux au-dessus desquels une couche d’yeux souriants en pâtes d’amande a été rajoutée. La confection des confiseries, des pâtisseries d’usage et du buffet ont occupé le personnel en cuisine tout l’après-midi. 
    Un peu avant l’arrivée des petits, le conteur d’histoires à faire peur pour enfants que Mumy a engagé s’est grimé en fantôme, l’on y croirait. Rêves ou cauchemars? Quoi qu’il en soit les minots étaient surexcités en découvrant le décor. Hailie et Hylam sont accompagnés de mes neveux ainsi que de quelques-uns des enfants qu’elle chaperonne à l’institution. Puppy, Sarah, Vanity et Rudyard. Le petit bout a couru vers Bébé dès qu’il l’a aperçu. Le plus sérieusement du monde, il lui a annoncé qu’il était un grand maintenant. Il a trois ans depuis cinq jours et ils ont fêté son anniversaire chez Hylam. Ensuite, je n’ai pas trop compris ce qui s’est passé. Il s’est précipité vers moi et a quasiment sauté dans mes bras. La plus belle princesse qu’il ait jamais vue a-t-il dit. Je veux bien reconnaître que mon costume de fée a beaucoup trop de paillettes sur les ailes, mais de là à passer ses bras autour de mon cou et me demander si je voulais être sa maman? J’en suis encore bouleversée. Ash n’a pas eu besoin d’être devin pour comprendre que cela m’a terriblement ébranlé. Plus tard lorsque nous avons regagné notre appartement, j’ai pleuré et je ne sais même pas pourquoi? Á nouveau, les doutes s’insinuent dans mon esprit. Ce petit attend quelque-chose de nous et je crois ne pas être en mesure de le lui donner. Je sais au fond de moi que Mon Fripon est déjà profondément entiché du gamin, et apparemment le minot a jeté son dévolu sur nous comme parents. Nous n’avons fait sa connaissance que cet été et je ressens cette drôle d’impression que nos chemins étaient faits pour se croiser. C’est comme une évidence. Je ne connais pas grand-chose de lui à part ce que nous en a confié Hailie. Rudyard est né à Brighton de père inconnu. La maman a longtemps été inscrite aux abonnés absents au point qu’un avis de recherches avait été lancé. Je n’en dis pas plus, mais l’histoire se termine mal. Je suis complètement désorientée…
    Cela dit la soirée a été extraordinaire, adultes et enfants ont apprécié les narrations et les jeux du conteur. Cela se voit qu’il aime son métier cet homme-là. J’ai perdu plusieurs fois le fil des histoires et Bébé me traduisait discrètement croyant que je ne parvenais pas à décrypter le langage bien particulier de ses historiettes. Puis il s’est vite aperçu que ce n’était pas un manque de compréhension de ma part. Je n’étais tout simplement pas là! Mon regard se perdait sur le petit bout qui serrait son doudou dans sa main chaque fois que les contes l’effrayaient. Ses rires, je peux les reconnaître parmi ceux d’autres enfants et cela me fait peur, résonnent dans ma tête. Plusieurs fois je l’ai vu nous chercher des yeux Ash et moi pour se rassurer au moment critique du conte et je suis déconcertée à un tel point que si j’avais été chez moi je me serais précipitée sur le téléphone pour appeler Nadège, ma thérapeute. Hailie qui surveille ses ‘‘poussins’’ comme le lait sur le feu s’est aperçu du manège de Rudyard. Le sourire étrange qu’elle avait sur les lèvres m’a interpellé. Elle avait le même lorsqu’il m’a demandé si je voulais être sa maman. Qu’ai-je répondu à Rudyard? En fait j’ai été tellement surprise que je lui ai dit une phrase du genre que plus tard, s’il était un bon petit garçon, il trouverait certainement sa maman princesse. Je sais c’est horrible, mais j’ai été prise de court. De toute façon, il n’a retenu que le bisou que je lui ai donné en le reposant au sol. 
    Le buffet a été dévasté par tous les hôtes, famille inclue. Donnez-nous des friandises ou nous vous jetons un sort, le fameux trick or treat a résonné dans la maison toute la soirée. Dans leurs crânes en matières recyclables, les minots ont collecté des friandises auprès des invités et du personnel. Cela leur permettra de tenir au moins jusqu’à la fête de l’année prochaine. Il est évident que Mum’ ne pouvait faire autrement que d’inviter également ses ami(e) proches à la soirée. Pensez-donc, certains ne me connaissaient pas encore. Minuit passé, dans un charivari pas possible, les enfants sont allés éteindre toutes les bougies, celles du parc y compris, afin que les esprits des créatures d’Halloween quittent les lieux. Les gamins étaient tellement épuisés que nous avons gardé tout ce petit monde à dormir dans le chalet au fond du parc. 
    Ce matin je suis un peu barbouillée, sans doute ai-je trop mangé d’oursons en guimauve chocolat noir hier soir? Bébé s’est enfermé dans son bureau afin de se rendre compte si tout se passe bien au service, du coup je donne un coup de mains à Hailie pour le petit-déjeuner des enfants. C’est calme car ils se sont couchés tard, ils baillent devant leur chocolat chaud et leurs tartines. Mais une fois habillés ils sont nettement plus réactifs. Au moment du départ nous nous apercevons que Sarah n’est pas là. Je la retrouve dans l’entrée devant la psyché de la petite serre. Que cette gamine me fait de la peine! Elle parlait à son reflet dans le grand miroir comme avec un interlocuteur. Suppliante elle demandait une réponse à son image et ce n’était pas un jeu, des larmes inondaient son visage. Elle n’a pas voulu me dire pourquoi ce gros chagrin. C’est Hailie qui, à part, m’a expliqué le problème de la petite. Son histoire est dramatique. Le père et la jumelle de Sarah ont disparu dans un accident de la route. La maman est en maison de soins. En ayant perdu son mari et l’une de ses filles, cela se comprend. La petite n’a pas d’autre famille que des oncles vivant en Afrique du sud. Sarah et Jane sa jumelle étaient fusionnelles alors depuis la petite fille parle à sa sœur dans tout ce qui donne un reflet. Je suis tellement en empathie avec cette gosse que cela m’est insupportable. J’ai vécu cela dans ma chair aussi. J’espère que le pédopsychiatre de l’institution sait gérer ceci correctement. Décidément je ne me ferais jamais à ce que vivent ces enfants avant d’atterrir dans ces structures. Ce qu’il y a de certain, c’est que mon beau-frère et ma belle-sœur sont de bonnes personnes. 
    Je vais me plonger dans des magazines de décorations d’intérieur en attendant que mon cher mari me conduise à mes rendez-vous à la maison médicale. C’est un premier contact avec les professionnels qui vont me suivre lors de mes longs séjours aux Aspidies. Mon piranha samouraï tente un retour en force en ce moment. C’est supportable, mais je dois prévoir le pire et il faut bien que la photocopie de mon dossier -de l’épaisseur d’un dictionnaire- médical serve à quelqu’un. Je me doutais bien qu’un jour où l’autre Ash devrait se replonger dans le boulot. Lundi, il part sur Cologne afin de présider la dernière réunion du service qu’il a mis en place. Désormais ses anciens collègues seront autonomes. Bébé va pouvoir se consacrer uniquement à son propre siège et à l’écriture de sa nouvelle thèse.

    Mother’s cry, un roman émouvant qui narre l’amour poignant d’une mère pour ses enfants…

    « FaNTaiSie D'HaLLoWeeN...LiViNG ToGeTHeR… »

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :