• HoT WeDNeSDay AFTeRNooN...


    ...Les doigts de pieds en éventail en attendant que sèche mon vernis à ongle prune, je rêvasse sur le lit. Peter rouspète car Philippine n'a pas pu faire la chambre en fin de matinée. Je n'ai pas envie de rencontrer le dragon et il pleut à seaux, alors je joue la sale gosse en embêtant le personnel. Je sais, c’est mesquin de ma part.
    Aller en ville ne me dit rien et pour y faire quoi? Il n’y a pas de boutiques intéressantes et j’aime quand Bébé est auprès de moi pour m’acheter des vêtements. D’ailleurs mon dressing est plein à craquer, j’ai de tout et plus encore. Certaines tenues sont toujours dans leur housse d’achat.
    Je m'ennuie comme un rat mort au fond d'une cave. Bon, il est vrai que le lit est à refaire car Bébé et moi l’avons bien …ravagé ce matin. D’autant que Ma Canaille m’a apporté mon petit déjeuner et que cela s’est terminé en feu d’artifice. Dormir dans un champ de miettes ce n’est pas top…
    Le temps n'invite pas non plus à de grandes activités de plein air. Il fait quinze degrés à tout casser à l’extérieur, et un ressenti de moins dix à cause de la pluie. De plus j’ai envie de paresser en pyjama. Il va pourtant falloir que je m’habille, j’y suis obligée car je ne peux pas me balader dans la maison en petite tenue. Je ne veux pas contrarier Madame mère, elle fait des remontrances à Bébé quand je fais des bêtises.
    Je ne communique que très peu avec Mum’, cela évite les querelles. Mon tempérament méditerranéen prenant le dessus cela se transformerait vite en guerre thermonucléaire. Cela dit Madam’ est très agréable quand elle le veut, mais elle est comme le temps, très changeante. Qui accepterait l'ex-future petite amie de son fils à demeure et oisive qui plus est me direz-vous? Les domestiques de la propriété me surnomment ‘‘li'le ghost’’ alors c'est vous dire. Bref je m'égare. Une idée chemine dans ma petite tête de blonde, inspirée par la carrière de Bébé, j'aimerais recommencer des études. Mais la maîtrise de l'anglais et moi c'est Guignol et Gnafron. Je comprends très bien mais pour parler avec mon handicap c'est... coton. Donc je disais, ah oui je m'ennuie c'est horrible. Les quatre filles du docteur March, même en anglais, resteront toujours le bouquin le plus ennuyeux d'une bibliothèque familiale. Désespérée je rôde dans les couloirs et l'air condescendant des employés me désespère au plus haut point. S'ils savaient comme je me moque de savoir si le tapis du couloir à l'étage a été nettoyé correctement. Depuis le déjeuner j’erre sans but dans les différentes pièces de la maison, et mon errance me conduit au petit salon, désert à cette heure-ci. Je me laisse tomber dans le fauteuil lorsque soudain j'aperçois le bolide de Bébé qui avance lentement dans l’allée. Quinze heures trente et déjà là ? Et il ne ressort pas puisque qu’il conduit sa voiture en direction des garages. Waouh, je n'ai rien vu venir! Monsieur a un sourire malicieux aux lèvres, un énorme bouquet de mes fleurs préférées, et la série complète du Harrap's perfectionnement tant désiré.
    Avant-hier j'étais au bout de ma vie, mais aujourd'hui malgré le grignotage du rat par intermittence, mes vertèbres supporteront bien un peu d'exercice. Nous dévastons à nouveau le lit en plein milieu de l'après-midi. Certainement du jamais vécu en ces lieux ancestraux…
    Je n'ai que mon petit tanga bleu ciel, allez savoir pourquoi il ne me l’ôte pas? Je me délecte de ses chatteries, je roule du bassin et l'impétueux gentleman me fait languir par jeu. Torse nu, en boxer, mon Pain d’Épice apprécie mes massages sur son dos. Je suis installée à califourchon sur ses cuisses et la douceur de mon entre jambe commence à l’exciter sérieusement.
    De papouilles en grattouilles je ruine impitoyablement sa coiffure de mes doigts féroces. Mon ventre se consume et j'éprouve un besoin viscéral de sentir sa peau contre ma peau. Ce voyou prend son temps pour retirer son sous-vêtement puis le mien. Ce que je veux moi c'est sentir son membre viril en moi.
    Je rudoie sans pitié son visage entre mes cuisses afin de le convaincre. Je veux que sa langue se fasse spéléologue entre les pétales de ma minette. J’exige qu’il trouve mon petit bonbon et qu’il le suce avec délectation. J’en suis dingue. Mes membres se raidissent et tremblent à s’en détacher de mon corps.
    Je te veux en moi Bébé. Maintenant, s'il te plaît!!!
    Ah enfin… Cet après-midi pluvieux dans l’Hertfordshire devient intéressant, très chaud grâce au roulé boulé intensif auquel me convie mon chéri.
    Le maestro diabolique s'attaque au concerto de nos deux corps. Ses mains sur mes reins et son membre viril en moi il trouve instinctivement le tempo de notre cavalcade. Il accélère ses mouvements, se repaissant de mes halètements plaintifs. Sans malice aucune, il tient mes longs cheveux d'une main ferme tandis que de l'autre posée sur ma hanche il impose le rythme à nos corps endiablés. Je me cambre à m'en casser les reins et au risque de devenir chauve, je plonge soudain mon visage dans l'oreiller pour hurler son nom.
    Je sens les dernières convulsions orgasmiques secouer mon Bébé. En cet instant de volupté, le long de mes cuisses coule nos liqueurs mêlées. J'aime son corps soudé au mien, j'aime ses mains protectrices, j'aime les délicats bisous qu’il dépose dans mon cou, j'aime la lymphe chaude qui nous englue l'un à l'autre au terme de ses exploits. Le merci qu’il chuchote au creux de mon oreille chaque fois que nous chevauchons me comble de bonheur.
    Il mérite une soirée agréable et calme. Je le promets, je vais être irréprochable. J’ai tellement envie qu’il recommence…

    « WaRM CuBBy...NauGHTy eVeNiNG... »

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    2
    Lundi 15 Février 2016 à 14:15

    Bonjour,

    un petit passage par hasard, je dois reconnaitre que vous avez beaucoup de talent !

    c'est très bien écrit, plaisant à lire et parcourir, bravo !

     

    amicalement

    claude cool

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :