• LeS FeSSeS à L'aiR...

     

    …Vivre dans cette grande résidence où se côtoient à longueur de temps famille et domestiques ne procure pas que de l'agrément. Certes il y a de nombreux avantages à se laisser dorloter par des gens de maison dévoués et diligents. Pourtant j'aurais envie qu'ils ne soient pas aussi présents dans les couloirs à toute heure de la journée et parfois de la nuit. Au risque d’en choquer certain(e)s, j'aimerais pouvoir m'abandonner totalement aux jeux érotiques que nous inventons Bébé et moi sans avoir à m'inquiéter de qui déambule alentour. J'aimerais me pelotonner nue contre sa peau cuivrée dans les épais coussins du sofa du petit salon, sans risquer que nous nous fassions prendre en flag par des yeux indiscrets. Il nous est arrivé une fois d’être entreprenants, un peu trop, dans la cuisine et nous nous sommes fait surprendre. Le regard désapprobateur que Madam' nous a lancé m’a laissé la désagréable impression de m'être comportée comme une fille de petite vertu. Pourtant rien que de plus naturel que les mains de son fils sous mon corsage et ma petite culotte dépassant de sa poche. Cela a dû lui flanquer quelques regrets.
    Mon délicieux matou a tout un arsenal de distractions polissonnes que j'aimerais expérimenter les unes après les autres sans que nous ne soyons dérangés. Surtout au moment où le pèlerinage se termine par un arrêt au sanctuaire de mon intimité. Certaines fois je voudrais pouvoir exprimer mon contentement dans des roucoulements extatiques sans avoir à craindre qu’il y ait un rôdeur indiscret dans le couloir. Et lorsque les caresses de Mon Fripon me procurent d'étranges sensations, je souhaiterais m'abandonner sans retenue à ce déferlement qui nous emporte au sommet en lui hurlant moults compliments.
    J'en viens donc à la conclusion que, pour que son parcours dans les profondeurs du temple aux délices soit total et renouvelé, jour après jour, il nous faudrait un petit nid d'amour rien qu'à nous.
    Le ‘‘cinq étoiles’’ de ses parents est très confortable, parfait pour y résider, mais nous sommes jeunes et Bébé n’est pas souvent à la maison. Ils nous arrivent d'être carrément lubriques lorsqu'il est de retour. Pour nous offrir des divertissements sympathiques sans provoquer une crise cardiaque à Mummy ou choquer employés et maître d'hôtel, il va falloir envisager un petit pied à terre pour nos "play sex hours"! Hélas, inenvisageable pour l’instant!
    Cohabiter en communauté, moi la fille de l’air, me rend mélancolique.
    Il ne m’est pas autorisé de rechercher le bouton de manchette que Bébé pourrait éventuellement perdre entre les coussins du canapé. D'une part, parce que je ne peux pas faire de galipettes seulement vêtue de ma tenue d’Ève -généralement cela ravive de beaucoup son affection- mon arrière-train exposé à la vue de tous ne ferait pas sérieux dans le décor, et d’autre part, je ne me rappellerai plus dans lequel des salons de la maison nous avons joué au serpent crapahuteur. La déferlante de volupté que nous noyons dans une liqueur enchanteresse, nous transporte dans un univers parallèle. Le retour indolent est exquis. Mais il m'est impossible de me laisser aller en sachant que ses parents montent à tous moments à l'étage. J'ai besoin d'exprimer bruyamment combien il m'est agréable de répondre au témoignage de l’affection de mon petit chéri. J'aime ses baisers canailles qui me convainc de poursuivre une discussion plus tendre avec le sacripant qu'est mon pain d'épice. Il fut un temps où je le surnommais mon tendoori. Ma Fripouille est délicieuse, douce et sucrée. Rien à voir avec le piment, la cannelle ou le gingembre, quoi que? Seuls ses baisers sont épicés, tantôt fougueux, tantôt subtils. Fous, ils attisent le brasier de mon corps qui enflamme le sien. De gloussements en feulements, je rampe à l'assaut de ce pic bandé qui me donnera tout pouvoir sur mon bandit. Je voudrais pouvoir alors exprimer mon bonheur dans un jappement de petite chienne en chaleur. Impossible, car malgré l'épaisseur des murs, l'on frôle l'incident diplomatique à tout instant. Maman, toute royale en sa demeure est comme toutes les mères, persuadée que son "petit" n'est en aucun cas préoccupé par des loisirs aussi triviaux.
    Ah mum, puissiez-vous ne jamais deviner pourquoi j'aimerais tant avoir la résidence rien qu'à nous pour une journée?
    Impudique et sensuelle, dans chacune des pièces, y compris votre chambre, je me ferais courser les fesses à l'air par votre satyre de fils!

    « YoNi & LiNGaM...DyLaN-HeNRy... »

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :