• LoFT & LoVe...


    ...Je suis soulagée! Le vol de retour aux Aspidies s'est très bien passé...

    Zénitude et altitude dans les nuages comme dirait Sam. Le seul bémol, c’est la sécurité dans l’aéroport actuellement. Elle est effectuée par des gens stressés et qui manque légèrement de diplomatie. Cela dit, je les comprends un peu car la situation exige un sans fautes et certains passagers ne sont pas coopératifs du tout. Mèmère qui utilise chaque semaine ce moyen de transport -c’est elle qui le dit à l’hôtesse- refuse de se séparer de son flacon de parfum entamé. Elle sait pourtant que d’après les nouvelles règles de sécurité il est interdit de posséder des contenants non scellés dans les cabines. Pèpère, lui, choisi de passer son coup de fil avec un I-phone juste avant le décollage et il rouspète parce qu’évidemment les communications sont bloquées. Hôtesses et stewards sont habitués à gérer, ils ont des formations pour cela, mais il est évident que parfois ce n’est pas suffisant. Surtout quand l’un des passagers est en pleine crise d’angoisse. Pareil, si l’un de vos bons amis se targue d’avoir réalisé ses exploits sexuel dans les toilettes du bord en vol, croyez-moi cela reste de l’ordre du fantasme! Sur notre vol, dès qu’il y avait deux personnes dans l’allée centrale ou un siège inoccupé depuis plus de cinq minutes, c’était branlebas de combat. Donc, de par le fait, seules les palpations génitales étaient autorisées. Je sais, je suis une grande polissonne.
    Entre deux tendres bisous, je suis entendue dire à Bébé que j’étais heureuse de rentrer à la maison. Un an en arrière je lui aurais dit ‘‘chez tes parents’’. Je suis triste de constater que mes années misère ont entaché les vallons, les massifs, les garrigues, les champs d’oliviers et la lavande de ma chère Provence. J’adore toujours autant la Sainte-Victoire, les cigales, la Sainte-Baume, les plages, le soleil, les criques, Castellane et …stop, cela devient du fanatisme! Je ne m’y sens plus vraiment chez moi. M’entendre dire à Ash que nous rentrions chez nous, m’a fait du bien. Enfin un peu de stabilité dans ma vie. Lyon, Villeurbanne et leurs rues m’ont maintenu en vie tandis que mes racines me ressourcent. Seulement je ne m’y sens pas encore en sécurité. Il rôde…
    La reconstruction est longue, très longue. Un peu de patience.
    Ces quelques jours chez les tantines m’ont permis de réfléchir à la manière de maitriser mon handicap. Lectures et petites marches ont occupé le reste de mon temps. Chez Patricia, isolés en pleine campagne, j’ai retrouvé les écuries de Pappey avec un certain plaisir. Il y a un nouveau venu, il se nomme ‘‘écho’’. Vieux, mais encore vif, il tient plus du poney que du cheval. Les forêts et les jardins sont restés tels que dans mes souvenirs. Nous avons eu droit au repas campagnard et au repos reposant du grand air. Les combles aménagés de Pat ont contribué à nous détendre Bébé et moi. La délicatesse avec laquelle Bébé conduit nos rigaudons m’a procuré de douces sensations. Un réel réconfort aussi. J’aime l’inattendu et pourtant nos corps-à-corps langoureux me procurent un bien-être indescriptible. Jouissance et volupté, pas que! Un état de totale béatitude.
    J’ai de bonnes raisons de croire Sam lorsqu’il me dit qu’il est possible que je ne puisse plus marcher dans un lointain avenir, mais je ne laisserais pas cette fichue maladie me mettre à terre. Bébé a fait le choix de son avenir et cet avenir il le conçoit avec sa Chouquette à ses côtés. Quelque chose m’empêche encore de m’abandonner totalement. Mon cœur est amoureux, mais mon cerveau est indécis. Je vais tout de même tenter de rendre l’expérience heureuse et nous verrons bien.

    Rafales de vent, pluie battante, bienvenue au royaume des Aspidies…

    « SeVeRaL DayS LaTeR...STeP FoRWaRD... »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :