• MeeTiNG WiTh a CReeP…

     

    …L’on m’a longtemps reproché de ne pas avoir réagi aux violences que mon ex-mari m’infligeait. Selon ces gens-là je lui étais soumise, limite si, ils n’apparentaient pas les coups que je recevais à du sadomasochisme consenti. Pour échapper à ses raclées, pour limiter ses crises, pour attendrir l’impact de ses poings, j’ai dû m’adapter, m’imaginant qu’il m’en serait reconnaissant plus tard. J’ai une liste impressionnante de stratégies qui me permettaient de détourner son attention. Pour moi ce n’était pas de l’emprise, mais de l’amour. Oui il m’aimait et je voulais préserver les rares moments où il était tendre avec moi. Ce n’est que lorsque ses punitions se sont faites de plus en plus cruelles que j’ai pris peur. Là, il était trop tard, j’étais paralysée, incapable de m’éloigner de celui qui, j’en étais consciente, me tuerai un jour. Pas à un moment je n’ai reçu un seul mot d’excuse de sa part pour les sévices qu’il m’a infligé.
    Récemment, avant mon départ pour les Aspidies, Samuel a rencontré mon ex-mari qui faisait tôt, une livraison dans le village et il lui a offert un petit déjeuner au relais. Je n’ai jamais obligé Sam à faire un choix entre nous deux, cela ne me serait d’ailleurs jamais venu à l’esprit, mais chaque fois qu’il me confie avoir croisé Christian, j’ai comme une boule à l’estomac. Je ne sais pas comment ils en sont arrivés à la conversation surréaliste qu’ils ont eu à propos du calvaire que mon ex-mari m’a fait endurer, mais Sam s’en est trouvé fort mal à l’aise. Il m’a rapporté ce qu’il en avait été, et j’ai trouvé cela tellement hallucinant que j’ai ressenti le besoin de l’écrire.
    - Tu sais Samy la première torgnole c’est la plus difficile à donner! Mais elle se croyait tout permis!
    - Ensuite? J’ai été surpris de voir comme s’est vite parti! Un jeu de gosses!
    - Boh, m’excuser? Quelquefois oui ça m’est arrivé, pour la consoler!
    - Cette petite conne devait aimer cela puisqu’elle est restée non?
    - Si je lui faisais autant peur, elle n’avait qu’à foutre le camp fissa!
    - Elle en redemandait, c’était conneries sur conneries!
    Bien des années après notre histoire je confirme, j’étais bien tombée amoureuse d’un véritable psychopathe. Je n'avais aucune chance de le voir changer. Avant notre union, le cher homme était tendre, délicat et je dirais charmant aussi. Ensuite il est devenu peu à peu méchant puis abominable. Il s'est mis à utiliser de jolis noms d'oiseaux pour me qualifier lorsqu’il me harcelait, me rabaissait. Salope, pétasse et p’tite pute étaient ses préférés pour m'humilier devant ses copains. Il lui arrivait cependant de me considérer comme sa merveille. Dans ces moments-là j’avais un brin de répit, je retombais amoureuse.
    - P*** ça remonte à onze ans, on a quand même eu du bon temps!
    - Elle était mignonne et délurée, mais il fallait la remettre à sa place et c’est ce que j’ai fait!
    - J’ai jamais été violent, c’est elle qui m’a fait devenir comme ça! Je l’aimais moi, mais elle faisait tout pour me contrarier, elle aguichait les autres mecs, alors la première claque l’a calmé!
    - Ouais j’admets, d’autres gifles m’ont échappé parfois!
    - Elle chouinait un peu oui, mais elle me foutait la paix après!
    - Elle faisait des conneries, et quand je la questionnais elle bafouillait et chouinait encore, ça gonfle à la longue! Une torgnole n’a jamais tué personne!
    - Pour se faire respecter, mon père a souvent giflé ma mère et jamais elle n’a fait de tintouin!
    - Elle me poussait à bout alors ça partait tout seul! Elle oubliait la moitié des courses et toujours ce dont j’avais besoin moi!
    Depuis neuf mois Christian est en couple avec une petite brunette qui le mène à la baguette paraît-il, et, ô miracle, il ne s’adonne plus au catch. J’ai pourtant souvenir que peu de temps après sa sortie de prison, il a récidivé et la jeune femme qu’il a brutalisée a porté immédiatement plainte. Je n’ai jamais compris pourquoi il n’a pas effectué la totalité de son sursis – à peine quelques mois sur les cinq ans restants- qui aurait dû s’annuler automatiquement m’avait-on dit. Je crois me rappeler que la garde des sceaux de l’époque avait flanqué une belle pagaille dans l’institution.
    - Ouais j’y allais un peu fort, mais qui n’aurait pas perdu patience avec une dinde comme elle?
    - Une gifle ça porte pas à conséquence, c’est pas si grave! Elle avait peur de moi et alors je n’y pouvais rien si elle se faisait des films!
    - Ouais et ben quand ça tombait elle redevenait mignonne. Elle venait danser avec moi, elle souriait, une chatte qui ronronne, une femme normale quoi!
    - J’ai un peu déconné après et c’était plus par jeu mais cette idiote se laissait faire alors pourquoi ne pas voire jusqu’où elle allait supporter?
    - Ben oui j’ai cru qu’à un moment ou un autre elle allait se tirer!
    - Bien sûr que je l’ai récupéré, cette pouffiasse racontait n’importe quoi à mon sujet!
    - Oui j’ai viré ses copines elles lui montaient le bourrichon contre moi!
    - Son père m’avait bien chauffé et elle a eu le culot de dire qu’elle n’était pas au courant! Ça m’a énervé, tu peux le comprendre Samy?
    - Je me cherchais à l’époque, tout le monde fait des conneries!
    - Tu ne la connaissais pas avant qu’elle me mette à bout, c’était une chieuse, pourtant une nana assez sympa au début!
    - Et puis quoi encore? Elle ne veut pas que je m’excuse aussi? J’ai été condamné à quinze ans de prison à cause de cette petite couillonne!
    - Rigoles pas, une belle nana comme ça a besoin d’être surveillée sinon quelqu’un d’autre te la récupère!
    - Elle est devenue parano, elle sursautait chaque fois que je l’approchais et n’osait pas me regarder!
    - On avait toujours de bons moments, mais elle devenait ingérable!
    - J’aurais dû me tirer dès qu’elle a commencé à faire sa mijaurée!
    - Ouais j’ai tout avoué pour avoir la paix avec ses psychiatres de merde!
    - Qu’est ce que tu veux que je regrette? D’accord j’ai eu la main un peu lourde, je suis pas le seul!
    - Les copains ont fait les cons, ça lui a donné à réfléchir!
    - Je l’ai croisé plusieurs fois et je ne l’ai pas importuné!
    - Ouais ça m’arrive de penser que j’aurais pu la tuer, mais c’était pas mon intention, je ne me suis pas rendu compte que j’allais si loin!
    - C’était une petite nana bien gentille, j’aurais pas dû l’épouser! Elle aurait foutu le camp et pas besoin de tout ce cirque!
    - Ouais j’ai compris, je ne taloche plus personne, ça vaut pas le coup d’aller en tôle pour ça!
    - Marine veux que j’aille au groupe de paroles toutes les semaines, j’y vais!
    - D’accord j’ai merdé, mais les autres types ce sont de vrais salauds par rapport à moi!
    - Non je lui fou la paix, je ne m’abaisserais pas à ça!
    - Elle aussi, est passée à autre chose, elle a refait sa vie non?
    Elle, moi en l’occurrence, a encore beaucoup de mal à concevoir que l’homme qui passait son temps à me harceler, m’humilier et me frapper puisse changer de comportement d’un coup de baguette magique. Il n’a pas l’ombre d’un remord en ce qui me concerne. Quelque part je suis triste de n’avoir pas réussi ce qu’apparemment Marine est parvenue à obtenir de lui, un comportement respectueux. Certains sentiments sont difficiles à tuer et ma thérapie m’en a fait prendre conscience. Cela dit, je me sens délivrée et j’ose croire qu’il ne me fait plus peur.
    Pour conclure, je partage cette phrase magnifique lu dans un forum. C’est un homme maltraitant qui s’exprime:
    «Je suis ce qu’on nomme un homme sanguin et on veut me culpabiliser parce que je manifeste mon humeur par des gifles. Parlons de la violence des femmes, bien plus retorse. De leur refus catégorique de communiquer autrement qu’en piaillant dès qu’on lève la main ou de satisfaire nos besoins sexuels les plus légitimes»
    Tout est dit…

    « UNFoRTuNaTe uPRiSiNG…

    Tags Tags : , , , , , , , , ,