• MeS RaiSoNS De T'aiMeR...

       ...Hier soir, j'ai été scotchée!

    Je me défends avec énormément de vigueur de ressentir encore des sentiments pour Bébé. Cela ne m’empêche pas d’avoir de plus en plus le désir de retenter l'aventure. Depuis plusieurs mois, je le vois comme le tremplin qui me sert à rebondir pour un avenir meilleur. Je voyais Bébé ainsi. Maintenant c’est autre chose que l’apaisement qu’il me procure lorsqu’il est à mes côtés. Dès qu’il apparaît, de délicieux papillons envahissent mon ventre. J’ai chaud et froid à la fois. J’observe à la lettre ses conseils et il me semble que ses baisers sont plus langoureux. Je n’ai rien à pleurer lorsqu’il est près de moi.
    Lui ne s'est jamais lassé. Un break (que je lui ai imposé) au cours duquel il a fait une rencontre. Il a bien vite mis un terme à cette relation car à ses dires la demoiselle n’était pas friponne pour deux sous. Positions trop …conventionnelles. J’en ai conscience, je suis une véritable gourgandine avec lui. Elle n’était pas moi tout simplement.
    - Tu as provoqué une étincelle sur le dancing-floor ce soir-là Chouquette! Me dit-il souvent. À toi de souffler pour en faire plus qu’une flammèche, je veux un brasier!
    Je souhaiterais pouvoir allumer un incendie entre nos draps, mais j’ai trop peur qu’ensuite Bébé m’abandonne sans explications. Pendant trois années, je me suis montré sous mon aspect le moins séduisant. Gourgandine et allumeuse. L’on m’a jeté comme une vieille chaussette alors mes craintes sont bien réelles. Suis-je vraiment la bonne personne pour le Maharajah? Celui-ci le croit dur comme fer. À chacune de mes incartades il me gronde gentiment puis s'inquiète de ce qui m’a tourmenté. De ce qui me pousse à devenir imbuvable.
    Il me comble d’attentions à chacun de ses retours. Je ne veux pas être un boulet à son pied alors oui je le laisse disparaître pendant de longues semaines, s’en aller à ses formations, ses études et ses plaidoiries.
    Son regard posé sur moi, plus que cela, ses yeux qui me dévorent, sont emplis de promesses qui m’effraient lorsqu’il revient.
    Je suis toujours dubitative lorsqu’il me dit que je suis belle, et il me le dit souvent. Hier soir encore.
    Je venais de prendre une douche. J’étais vêtu de l’une de ses chemises défraichies, décoiffé au possible et le visage mangé par un masque hydratant quand il me fit don de ce compliment.
    Je me suis mise en colère, croyant qu’il plaisantait. Il a gardé son calme et la tirade qu’il m’a interprété m’a totalement déboussolé.
    - Ma puce pour moi tu es la plus belle, la plus belle de ce que je vois en toi!
    Évidemment que je suis montée sur mes grands chevaux. Parfois mes neurones n’ont pas une connexion efficace. J’interprète de manière à ce que cela me rende le plus malheureuse possible.
    Pour moi cela voulait dire que j’étais moche... j'en aurais presque pleuré. Il s'est approché de moi en comprenant que sa phrase avait été maladroite et qu’elle m'avait blessé sans qu’il comprenne vraiment pourquoi d’ailleurs. Il m'a attiré vers le grand miroir du dressing, s’est placé derrière moi, a embrassé ma nuque.
    - Des yeux de biche, un nez en trompette, des cheveux blonds, un corps que j'adore tenir entre mes bras! Oui tu es belle ma Chouquette! Ses yeux brillaient et me couvaient d’un voile d’une intense chaleur.
    Je ne savais pas que lui répondre alors il a poursuivi:
    - Je te trouve magnifiquement belle par ton grand cœur, par ta spontanéité, quand tu me bats aux jeux vidéo, quand tu tentes de me parler en Anglais avec ton "assent" terrible, même quand tu égares mes brouillons préliminaires!
    Je n’ai pas pu m’empêcher de sourire à cette évocation. (en colère contre lui, j’avais mis son travail à la poubelle) Après tout il avait peut-être raison. Je commençais à me détendre, ses mains glissant sur mes épaules.
    - Tu sais Chouquette, même malade, les yeux bouffis les joues rouge coquelicot et le nez qui coule je te...! Je ne lui laisse pas le temps de poursuivre. Inutile d’en rajouter. Je vois bien qu’il tient à moi puisqu’il est aveugle …de mes imperfections.
    D’une main ferme et douce à la fois, il réprime mon besoin de détourner le regard. Mon reflet contredit ce dont il veut me convaincre.
    - Regarde dans ce miroir ma puce, regarde bien? Qu'y vois-tu?
    J’avais beau scruter mon image, j’étais incapable de saisir ce dont il voulait que je remarque. Si j’avais le visage vert alien.
    - Tu ne vois rien darling? Non bien sûr car rien n’apparaît. Mes raisons de t’aimer ne s'y reflètent pas!
    En une poignée de secondes je viens d’être mise Ko!
    - Beaucoup la devine, mais je suis le seul à voir véritablement ta beauté secrète! Je la vois avec mon cœur!

    D’une bise sur le bout du nez, il vient de m’achever…

    « SouL iN DiSTReSS...You MaKe Me HoRNy... »

    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    2
    Lundi 7 Mars 2016 à 16:58

    bonjour ,je ne suis pas un grand lecteur et la plus part du temps cela m’ennuie mais vos textes me réconcilient avec la lecture merci pour cela et bravo

    je reviendrais.Avec toutes mes salutations Aldo    

      • Lundi 7 Mars 2016 à 17:33

        Merci de ce sympathique commentaire! smile

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :