• MoN HoMMe...


       ...Je me suis encore distinguée ce samedi. Grâce à moi, mon chéri a fait le pied de grue dans la salle d’attente d’un service d’urgences. Je dois admettre qu’ils sont plus réactifs que nos urgentistes en France. Mon état ne nécessitait pas de soins intensifs, mais une surveillance correcte prolongée. J’ai exécuté l’envol du dodo dans le grand escalier qui conduit à l’étage! Je sais à présent que je ne volerais jamais de mes petites ailes. Je désirais aller à la cuisine et comme les parents de Bébé étaient absents aussi, j’ai gardé mes chaussons fourrés aux pieds. Presque arrivée au bas des marches, l’une des pattes agrippantes du chausson droit s’est défaite et je me suis pris le pied gauche dedans. Il m’a été impossible de retrouver mon équilibre, je suis tombée de tout mon poids au bas des six marches restantes, et ma tête a heurté le pilier massif qui maintient la rambarde. J’ai été KO en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Lorsque j’ai rouvert les yeux, tout le personnel qui m’entourait était vert. C’est moi qui ai expulsé la chlorophylle, comprenne qui pourra. Affolé Peter a appelé le médecin de famille qui m’a aussitôt fait conduire aux U. J’étais vraiment groggy parce que je n’ai pas protesté. Et surtout j’avais l’impression qu’un troupeau d’éléphants dansait la salsa dans mon crâne. Les nausées ne me quittaient pas non plus. Je préfère ignorer la vitesse à laquelle Ash a roulé pour rentrer de sa séance de tir car il était déjà dans le service lorsque j’y suis arrivée. La traumatologue a failli péter les plombs tellement Bébé était "envahissant". Euh, disons-le franchement... chiant! Elle l’a finalement expédié en salle d’attente tout le temps de la perfusion qu’elle avait prescrit. Rien n’a été décelé à la radiographie. Le médecin avait un je ne sais quoi d’inquiétant dans le regard lorsqu’elle a étudié mes radios? Nous sommes rentrés tôt dans la matinée et j’étais encore bien chocolat. J’ai dû passer à quelques millimètres du traumatisme crânien…
    Ma Canaille m’interdit de quitter le lit et Bonne Mère que je m’y ennuie. Ce n’est pas aujourd’hui que j’aurais droit à la bagatelle. Cela dit je ne dispose pas de l’allant nécessaire pour effectuer une walkyrie spectaculaire. Je ne peux pas lire non plus car ma concentration est plus qu’ébréchée. Monsieur est en mode so British et je ne peux m’empêcher de faire des grimaces pour être récompensée par son magnifique sourire. Non ce n’est pas encore ça. Ce n’est pas un flop, ni un succès. Mon homme a vraiment eu peur et il a du mal à encaisser. Mon lit devient une annexe de son bureau. Pour changer un peu il se remet un dossier en tête pour demain et il potasse d’anciens cours. Vers treize heures le repas nous est servi dans le petit salon du haut. Je dois avouer que mes pas sont encore chancelants. C’est maintenant que Mumy se pointe et son commentaire m’a flanqué le fou rire.
    - Quand je vous dis ma petite qu’il faut vous chausser correctement! Allez-vous bien au moins? Je la rassure en cachant tant bien que mal mes chaussons sous le plaid qui couvre mes jambes.
    Tandis que je rêvasse alors que Ma Canaille s’octroie une petite sieste -il est vrai que sa nuit a été courte- je me surprends à m’émouvoir de ses imperfections.
    Bébé met plus de temps que moi à sécher ses cheveux après la douche. Grâce à lui les vitrines de la salle de bains ressemblent aux étagères d’un rayon Séphora. Ma penderie déborde de ses chemises griffées et ses anciennes tenues de prétoire recouvrent mes manteaux. Il truffe mes boites d'ornement du contenu de ses poches chaque fois que James emmène ses costumes au pressing. Il crible ma chambre de post it de toutes les couleurs lorsqu'il est en mode Sherlock Holmes, il y en a même parfois sur mon oreiller.
    Il oublie nos rendez-vous, et le soir il vient se faire pardonner avec un bouquet taille XXL. Il a épousé sa maîtresse, mais je ne lui en voudrais jamais. Mon "grand homme" sait déléguer seulement lorsqu'il joue à la PS4 avec son neveu. Il travaille la plupart du temps et si je veux qu’il décroche un peu, je dois organiser de petits moments de détente vraiment attrayants.
    Á le voir là, abandonné au bras de Morphée, sa tête reposant sur mes cuisses, il ressemble à un innocent petit garçon. Je ne peux me retenir de caresser tendrement le visage de mon homme.
    Parfois je remarque son regard sur ma petite personne et ce que je lis dans ses prunelles brillantes me donne à penser que si j’y mettais du mien, je pourrais avoir mon éden à portée de mains...

    « APaiSée...I Meet HiM ToNiGHT... »

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :