• NoVeLiST, WHy NoT...


       ...Au fil des mois je me rends compte que vous narrer mon quotidien m'est devenue quasiment aussi indispensable que l’air que je respire. Ces mots jetés à l’humeur sont un refuge pour la ‘‘Chouquette à son Bébé’’ que je suis à présent. Je dépose ici mes interrogations, mes progrès et le ressenti de mon bonheur d’avoir croisé la route de celui qui guide mes pas jour après jour. Je dirais qu’un nuage d’optimisme obscurcit le pessimisme dans lequel je me maintenais avec beaucoup de complaisance. Mon ‘‘travail’’ d’écriture est intéressant m’a-t-on dit. Depuis des années je compose des petits contes pour adultes dont le vocabulaire était plus ou moins heureux. Par ennui puis par envie j’ai abandonné le vulgaire et le mauvais goût au profit de la correction sans pour autant renier mes écrits les plus triviaux. Ce sont eux qui m’ont poussé à progresser! J’admets que certains ont encore saveur d’amertume et je n’y prête plus trop d’attention. Je me refuse à être identifié comme une plume "pornographique" si par le plus grand des hasards je parviens à les faire connaître. Je viens de réaliser que l’écriture pourrait être une thérapie, ma rédemption en quelque sorte. La lumière qui illuminera le sombre tunnel qu’a été mon existence passée. Dans un style coquin et épuré je me gave de mots. Certes mes victoires sont minimes, faites de petits combats et de grandes batailles. Comme celle que j’ai entrepris contre madame Vodka. Je ne la vaincrais jamais totalement car l’alcoolisme est une maladie qui ne me quittera jamais. Je me tiens à bonne distance de mon alcool favori depuis assez longtemps pour dire être abstinente et …le rester. Lorsqu’un alcoolique affirme être guéri, il ment, je sais de quoi je parle, croyez-moi j’en ai assez bavé pour oser l’affirmer.
    L’une des victoires dont je suis le plus fière, est celle d’avoir réussi à croiser mon ex-mari Christian sans m’évanouir. Dans un monde parallèle, je me cachais dans un trou de souris rien qu’à l’énoncé de son prénom. Ma ‘‘ Petite Paix’’ a été le déclic qui a provoqué ce changement en moi. Ma mémé, Maë Lynette, m’a légué sa maison et ces murs protecteurs sont devenus le havre où mes racines se régénèrent. Dans le terreau familial, j’entrevois enfin un avenir. J’ai fait un énorme bond en avant en confiant Pouf, une peluche rose et bleue qui m’avait été donnée par Régine, à ma grand-mère le jour où on l’a mis en terre. L’âme humaine est parfois difficile à cerner. Ce doudou a réconforté mon extrême solitude pendant des années. Il était mon seul confident, essuyait mes larmes de sang, faisait se volatiliser mes pires cauchemars. Prudence oblige, à présent c’est un Dreamcatcher qui éloigne mes mauvais rêves.
    Désormais, c’est l’homme de ma vie, d’une vie, qui me protège. N’allez pas croire qu’il me materne du matin au soir. Il m’aime et cela veut dire que quand il me gronde c’est que je l’ai mérité. Je peux être chiante au possible lorsque je m’y mets! Toutefois, il m’offre chaque jour un cadeau inestimable, sa confiance. Il me laisse cheminer en commettant des erreurs…
    J’ai été diagnostiquée porteuse d’une spondylarthrite ankylosante et savoir qu’un jour je devrais livrer ma carcasse à des soignants m’a ébranlé. Le secret de l’acceptation? Ne pas accorder de pouvoir à cette fichue maladie et ça marche! Je ne sais pas si mes écrits vaudront un jour la peine que l'on s'y attarde, chacun(e) se fera une opinion, mais ils me sont soulagement. Et si, ce qui pour l’instant n’est que gribouillis sans intérêt, peut rendre un tant soit peu d'espoir et de sérénité à ne serait-ce qu'une seule personne parmi celles qui comme moi ont été dénigrées dans le long parcours de leur reconstruction, j'en serais fière et honorée!
    Huit ans après, il m'arrive encore d'avoir la sensation qu'une partie de moi s’est éteinte le jour où Christian m'a laissé pour morte sur le sol de notre douillet foyer, mais ces jours-là je me dis que comme Lord Voldemort je dois avoir caché quelques horcruxes çà et là et qu’il me suffit de les retrouver pour être intégralement reconstituée.
    Afin de m’exercer à l’écriture, je vais m’appliquer à poursuivre la rédaction de ce journal qui dès ses premières lignes publiées n’a plus rien eu d’intime Cet exercice implique que je livre une partie du quotidien de mes proches et je les remercie de m’en avoir donné l’autorisation. Mon dernier bonheur est que le destin a mis sur ma route une thérapeute extraordinaire qui me permet de me reposer sur de vraies valeurs.
    - L'amitié ne rend pas le malheur plus léger, mais en se faisant présence et dévouement, elle permet d'en partager le poids, et ouvre les portes de l'apaisement’’ -Tahar Ben Jelloun-
    Long et laborieux est le travail de réflexion. Tellement gratifiant aussi.
    Peut-être que dans un jour proche, je le souhaite de tout mon cœur, je tutoierais d’une couverture plaisante les F et les J d’une étagère de bibliothèque…

    « BRuNo...FaNTaiSie D'HaLLoWeeN... »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :