• PaiN & GRieF......


    ...Direction les urgences, depuis plusieurs heures je souffre le martyr!

    Ce qui ressemble à s'y méprendre à un coup de couteau qui me déchire la colonne vertébrale est en vérité la douleur insupportable qui me tient parfois éveillée une nuit entière. Cela a commencé il y a deux ou trois ans. Vu mon mode de vie je n’y ai pas pris garde. Dormir sur le sol, soulever un sac lourd comme un cheval mort ou crapahuter dans l’humidité provoquaient ces douleurs pensais-je. Maintenant que le diagnostic est posé, je m’en veux de n’avoir pas consulté immédiatement dès les premiers symptômes. La douleur frappe, fulgurante comme une décharge électrique, vient ensuite la sensation de brûlure qui me vrille les vertèbres encore et encore. Consultations, échographie, doppler, IRM et hospitalisation de jour afin de mettre un protocole de soins en place. J’en ressort abasourdie, anéantie devrais-je écrire. «Apprenez à bien connaître votre maladie et vous l’apprivoiserez pour vivre avec, sereinement!» me dit le rhumatologue. Docteur ce n’est pas vous qui allez vous transformer en ‘‘pattes à roulettes’’ chaque fois que vos articulations déclareront forfait.
    En rééducation, il y a des lustres de cela, j’ai fait la connaissance de Samuel, celui qui allait devenir mon meilleur ami. À la suite d’un accident de voiture, Sam se déplace en fauteuil roulant. Il se dit affecté d’apprendre que moi, la fille de l’air, je vais rejoindre le club fermé des ‘‘Beings’n wheels’’. Il est prêt à m’aider.
    Sérieux mec? Jamais je ne m’abaisserais à rouler, je préférerai…
    Je lu distraitement son mail qui m’expliquait qu’une perte d’autonomie se gérait comme un deuil. Les paliers se suivent à l’identique. Je veux bien le croire, mais en moi persiste une parcelle d’espoir, de combativité. Je consulterai ailleurs, ici ils se sont complètement trompés sur ma pathologie. J’étais en état de choc lorsque le médecin, peu encourageant, m’a expliqué à quoi je devais m’attendre avec ce piranha qui me bouffe tout ce qui passe à portée de dents. J’ai soudain réalisé qu’à plus ou moins brève échéance je ne pourrais plus parcourir seule ma Provence, cela m’est insupportable. En rentrant des U j'ai piqué une colère monstre à tel point que les employés de Mumy ont eu pas mal de travail après la tornade. Cela ne m’a pas soulagé pour autant. Je me suis excusée, politesse oblige. Maintenant je me sens coupable d’avoir négligé ma santé. Je négocie mes prises de médicaments, je fais du chantage à l'infirmière pour ses passages et je fais l’impasse sur mon temps de repos. Tant que je tiens debout, autant en profiter. C’est réellement judicieux…
    Je ne montre pas trop ma détresse, mais je suis inquiète, très inquiète. Je prends conscience que ce sont mes abus qui ont accéléré les symptômes. Je me refuse à penser à l’avenir, je veux juste que mes douleurs soient soulagées. Puisqu’il le faut, j’accepte cette épreuve, mais ce ne sera pas mon infirmité qui dirigera ma vie. Sam avait bien raison, tout y est. Je viens de faire le deuil de ma souplesse, de mon dynamisme et de mon autonomie. Dans tout cela, ce qui me fait le plus plaisir, c’est que Mon Voyou a compris de lui-même que ce sont de ses facéties, de ses danses acrobatiques en chambre et de ses câlineries dont j’ai le plus besoin. Je ne veux pas d’une présence au regard grave et inquiet. Comme je le dis parfois -de moins en moins- je suis morte un jour de février il y a neuf ans de cela et depuis, tout ce qui se présente est du rabiot. Si, le plus tard possible, je dois me déplacer en patins à roulettes géants, et bien j’apprendrai à utiliser ces fichus appareils. Vingt-quatre heures aux urgences et en rhumatologie me font devenir raisonnable? Bien sûr que non, mais je fais comme si.

    Je te remercie infiniment Mon Caramel pour ton indéfectible présence à mes côtés…

    « STeP FoRWaRD...WaRM CuBBy... »

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    2
    Jeudi 3 Mars 2016 à 11:38

    erf Je n'ai pas tout saisi, mais merci pour ton passage!

    1
    Jeudi 3 Mars 2016 à 11:31

    Bonjour,

    Ne passant pas régulièrement sur ton blog, j'ai un peu de mal à suivre.Je viens de lire tes  récents articles et comme dans ces cas les mots sont souvent maladroits, je cesse là mon comment !

    Amicalement.

    Cerdan.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :