• SaViTRi & SaTYaVaN...

    ...C'est la première fois que quelqu'un parvient à apaiser mes terreurs avec un conte pour enfants!

    J'ai rencontré Ash au club. Persuadé qu'il ne serait que la compagnie d'un soir, je ne me suis pas montré sous mon meilleur jour je crois. Pourtant je me suis retrouvé dans son appartement pour... une bonne nuit de sommeil! Il n'a pas l'air d'être mauvais garçon. Apparemment je ne l'intéresse pas pour la bagatelle. Il a fallu que mes angoisses me reprennent au cours de la nuit. Je n'en reviens pas, ce garçon est magique. J'ai aucune idée de la langue dans laquelle il s'exprime, mais mon cerveau à stoppé net ses élucubrations. La voix douce et sensuelle d'Ashlimd (aucune idée non plus de l'origine de ce prénom, je vois juste que mon bienfaiteur est halé comme le pain d'épice et qu'il s'exprime avec un charmant accent britannique.) Pourtant sa belle voix douce et sensuelle m'a bercé de mots magiques, même si je ne les comprends pas. J'ai ma réponse, Ashlimd est Indien. Waaaah, c'est la première fois que je fais la connaissance d'un homme d'une telle prestance! J'explique: Les Indiens, sont habitants et citoyens de la République de l'Inde. Le terme Hindou, (utilisé à tort, pour parler des habitants de l'Inde) fait référence aux pratiquants de la religion Hindou, l'Hindouisme. Donc mon nouvel ami serait Indien et Hindou! Cela ne se fait pas de questionner...
    Je vais tenter de vous faire partager ce conte qu'Ashlimd m'a déclamé en Hindi après une brève traduction. L'Hindi est l'une des langues officielles de l'Inde avec l'anglais.
    En fait c'est comme une lecture de poésies dans la langue natale de l'auteur, vous n'y comprenez rien, mais c'est tellement beau! Je ne sais pas comment ce garçon peut être aussi convaincant dans ses plaidoiries avec une voix pareille, (il m'a appris qu'il était avocat) mais pour ce qui est de me consoler, c'est... céleste!
    Il se peut que ma narration "abime" un peu la trame de l'histoire, mais s'en est l'idée générale!

    एक बार एक समय पर...
    Il était une fois...
    Fille d'un roi sage et puissant en Inde, Savitri était une très belle princesse hindoue. La réputation de sa grande beauté avait fait le tour du pays, voire même dépassé l'au-delà des frontières. Nombreux étaient les prétendants qui venaient tenter leur chance, mais la princesse refusait de se marier comme la tradition l'exigeait.
    Celle-ci voulait voyager de par le pays afin de trouver elle-même son mari. Le roi consentit à ce mariage d'amour, et la fit accompagner de ses meilleurs guerriers, afin de la protéger le temps de sa quête. Pendant de longs mois, la Princesse Savitri voyagea dans toute l'Inde en quête d'un homme digne de son amour, lequel deviendrait son époux. Alors qu'elle traversait une épaisse forêt, Savitri croisa la route d'un beau jeune homme. Celui-ci était fils d'un roi désargenté sans royaume. Devenu vieux et aveugle, l'ex souverain, son père, vivait dans une petite hutte avec sa femme. Le jeune et beau prince était le réconfort de ses parents. Leur soutien aussi. Afin de les nourrir, il coupait du bois qu'il allait vendre dans la campagne environnante. Malgré leur pauvreté, le bonheur et l'amour régnaient dans la petite hutte...
    Savitri comprit que sa recherche allait toucher à sa fin lorsqu'elle se sentit attirée par la quiétude de ce foyer. Elle venait de tomber amoureuse du jeune Prince déchu. Satyavan était connu dans tout le pays pour sa générosité légendaire. Les deux jeunes gens désiraient plus que tout unir leur destinée, car Satyavan, aimait déjà la jolie Princesse. Le Roi, père de Savitri, était abattu car sa fille avait choisi un Prince sans le sou, mais il n'eut pas d'autre choix que d'accepter face à la détermination de sa fille à épouser Satyavan.
    Or, l'on informa le roi que le jeune Prince était sous le coup d'une terrible malédiction. Satyavan devait mourir dans l'année qui allait suivre son mariage.
    Savitri en fut informée, mais l'amour étant le plus fort, le mariage fut célébré en grande pompe. Le cœur lourd, le roi assista aux festivités qui se prolongèrent durant des jours. Puis le couple s'en alla vivre dans la petite hutte en forêt. Une année entière se passa, ils vécurent heureux et toujours très amoureux.
    Le dernier jour de cette année sans nuages, Savitri qui s'était levée tôt, demanda à accompagner son époux dans la forêt. La hache sur l'épaule, Satyavan tenait Savitri par la main et les deux amoureux se dirigèrent vers l'épaisse frondaison.
    Lorsqu'ils parvinrent au cœur de la coupe, Satyavan installa un tapis de feuilles tendres sous un grand arbre, afin que sa belle y soit assise confortablement. Il lui cueillit des fleurs avec lesquelles elle confectionna une couronne pour ses cheveux et une guirlande pour parer son aimé. Ensuite, Satyavan se mit au travail.
    La matinée touchait à sa fin lorsque Satyavan se sentit très fatigué. Il vint poser sa tête sur les genoux de Savitri pour se reposer.
    Soudain, la forêt s'obscurcit et une immense silhouette apparut devant Savitri. C’était Yama, le Dieu de la mort.
    - Je suis venu pour chercher ton mari! dit-il en baissant les yeux vers Satyavan. Aussitôt, l’âme du jeune homme quitta son corps.
    Yama allait partir lorsque Savitri le retint en le suppliant de l'emmener elle aussi sur la terre des morts. Dans cette impossibilité il devait lui rendre la vie de Satyavan.
    - Mon enfant, ton tour n’est pas encore venu. Rentre chez toi! Répondit Yama.
    Alors Savitri supplia, implora, pria, tant et si bien que le Dieu de la mort était prêt à lui accorder n’importe quelle faveur à l’exception de celle qui consisterait à rendre la vie à Satyavan.
    - Dieu Yama faites que j'ai de beaux fils! Demanda-t-elle fièvreusement.
    -Accordé! Répondit distraitement Yama pressé de s'éloigner.
    - Mais, comment pourrais-je avoir des fils sans Satyavan mon mari? Répliqua Savitri.
    - J’ai besoin de lui pour cela. Alors je vous en prie, rendez lui sa vie! Instita-t-elle.
    Yama, piégé, ne pouvait revenir sur sa parole. Un dieu se doit d'honorer la faveur qu’il accorde. Émergeant lentement de la stupeur où il était plongé, Satyavan revint lentement à la vie, tandis que disparaissait Yama. Savitri et Satyavan repartirent vers leur hutte. Amoureux et heureux, ils y vécurent jusqu’à la fin de leurs jours, entourés de leurs enfants.

    Peut-être avez-vous trouvé cela mièvre, mais moi, niché tendrement entre les bras de ce presque inconnu, ce conte susurré à mon oreille, m'a rendu mon âme d'enfant...

    « La TaNièRe DeS GueuX…UN PaS aPRèS L’auTRe… »

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :