• So BoRiNG...


    ...Journée merdique s'il en fut!
    Les heures m’ont paru interminables. J’ai erré sans but dans la maison, le moral dans les chaussettes. Pour tout compliquer Ma Canaille n’est pas rentré. J’avais un gros chagrin que j’ai noyé dans un long bain chaud. Long à m’en friper la peau si bien que j’ai dû me badigeonner d'une épaisse couche de lait pour le corps. Le couloir empeste la camomille. Je me suis rendue aux cuisines pour me faire un thé. J‘écris aux cuisines car il y a celle professionnelle pour les jours de réception et l’autre plus intime pour les jours de relâche. J’aime bien quand tout est désert, je me sens protégée. J’ai dû faire des émules car Steven et James m’ont rejoint à l’îlot pour un café noir serré. C’est ce que je n’apprécie pas dans ce système maître et valet à demeure. Le personnel doit attendre que toute la famille soit à l’étage pour vivre sa vie. Et encore… Me voyant installée devant mon thé, les deux hommes allaient rebrousser chemin. Finalement, je les ai convaincus de me rejoindre. Je ne dis pas qu’il faille copiner avec les employés, mais qu’il y ait au moins un peu de simplicité en fin de soirée. Cela dit Mumy n’est pas du genre à mépriser son personnel et lors des grandes soirées qu’elle organise, elle le remercie à chaque fois devant ses hôtes. Aïe, plus de macarons à la framboise, ni à la pistache d’ailleurs…
    Je n'ai pas beaucoup dormi et c’est un cauchemar qui m’a obligé à me lever de très bonne heure. Je suis angoissée au possible.
    Je suis une survivante et depuis, je ne parviens pas à me fixer. J'aime la demeure familiale de Bébé, mais je ne m’y sens pas à l’aise, il y a trop de passages, trop d’étiquettes et peu de chaleur humaine certaines fois. J’ai claqué la porte de l’appartement de bébé, mais je crois qu’il n’en faudrait pas beaucoup pour que je m’y installe à nouveau. Seulement Ma Canaille a choisi la commodité en place de l’indépendance, il a tout misé sur son côté tanguy et cela lui convient parfaitement. Je peux aisément me passer de sa carte Gold et j’ai la possibilité de louer un beau meublé dans le vieux Londres, mais je me suis adaptée à cette façon de vivre. Malheureusement je crois être incapable de gérer ma vie courante depuis que Christian m’a privé de toutes initiatives par le passé. Je n’ose plus. Les séquelles de mes opérations m’effraient et je me mésestime sans raison. Il m’arrive parfois de faire popote pour mes hôtes. Ash est ravi ces jours-là. Cela prouve que je ne suis pas une extra-terrestre dans une cuisine et tous apprécient mes petits plats. Mon tian provençal, mon roulé à la tomate et mes aubergines farcies aux légumes caramélisés ont un franc succès. Quant à mon clafoutis aux abricots et mes chaussons aux pommes ils sont très honorables. Même Madam les apprécie. Mes tantines espèrent me voir les seconder un jour, mais ce n’est pas mon idée. Je serais aux anges si un jour je pouvais reprendre des études. Bébé m’y encourage régulièrement, mais, il y a toujours un mais pour me décourager.
    Je me suis plongée dans le Harrap's et les exercices m’ont occupé une bonne partie de l’après-midi. Je copiais des phrases que je devais traduire lorsque Bébé est arrivé. Il m'a félicité, pour mon assiduité et cela m’a donné l’impression d’être redevenue une lycéenne. J’aurais dû être heureuse de ses encouragements, et bien non, je pleurniche comme un Bébé! Je me vois incapable de poursuivre ce programme jusqu’à son terme. Et je veux reprendre des études? Quelle utopie!
    Bref Bébé est enfin rentré. Il se serait bien laisser aller à interpréter le retour du guerrier, mais l'heure était déjà au regroupement familial. Purée, ce sont de véritables ventres sur pattes ces gens-là. Au secours, je n'ai pas faim à dix-huit heures trente moi. De toute façon cela fait belle lurette que la nourriture et moi sommes ennemies. Bébé a été on ne peut plus clair avant de descendre. Il désire un week-end paresseux en ma compagnie.
    Cela mérite bien un petit sacrifice, à savoir passer quarante-cinq minutes devant le potage aux pousses de cresson et les coquelets à la patate douce, sans oublier la superbe jelly multicolore. J’en ai des hauts le cœur!

    « DyLaN-HeNRy...GaRiGueTTeS & CaLiSSoNS... »

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :