• To TReaT ouRSeLVeS…

       …Se faire plaisir et avoir du plaisir, voilà quel a été le programme du week-end!

    Ma Canaille de mari est de retour. Boosté par l’énergie qui le caractérise, mon grand fou est allé parcourir les kilomètres de jogging nécessaire à son équilibre dès sept heures dimanche matin. En place de la grasse matinée habituelle, j’ai commencé la lecture de l’un des volumes dont il a enrichi ma bibliothèque à son retour de région Parisienne. Je me suis plongé -immersion et apnée- dans CHIEN-LOUP avec un plaisir évident. Près de cinq cent pages dans lesquelles Serge Joncour raconte le passé trouble d’un village du Lot. L’auteur met également en scène un couple moderne aux prises avec la nature. C’est violent, effrayant et envoûtant, je suis fan de l’écrivain et de son écriture. Il m’avait déjà convaincu avec ‘’Repose-toi sur moi’’. Avec Bébé nous avons eu droit à un petit-déjeuner gastronomique grâce à Mamaiette. Ma tante a toujours peur que nous mourions de faim Ash et moi. Je vais me sentir vexé un jour, j’ai l’impression qu’elle met en doute, à tort ou à raison, mes capacités de cuisinière. Elle veille sur moi tout comme le faisait Maë Lynette et rien de plus, je le sais pertinemment. Tantine remontait aux terres, alors elle a profité du trajet pour me déposer de nombreux plats qu’elle a confectionné pour nous -je les ai mis au congélateur dès qu’elle a eu le dos tourné- et des viennoiseries faites maison en plus des cinq pots de confiture de pêches et de figues! En fin d’après-midi nous sommes allés trinquer au premier vin primeur chez Marceau. Sa récolte est en cours de vinification et comme tout bon vigneron il en est soulagé. Chaque année, il invite voisins, collègues et amis proches au rituel de l’ouverture d’un petit tonnelet, un remerciement à la bonne fortune en quelque sorte. Je me suis contenté d’un verre d’eau pétillante car à cause des effets secondaires de mon médicament je ne voudrais pas que mon intestin se distingue de trop. Bébé par contre a apprécié …avec modération. La cuvée deux mille dix-huit promet d’être un vin exceptionnel nous dit Marceau. Le mistral allait bientôt être en mesure de décorner les vaches du père Matias si cela continuait alors il n’était pas question de préparer le barbecue à l’extérieur. Nous avons profité de l’ambiance parfumée du hangar à aromatiques de Marceau. Rien ne vaut un bon romarin pour assaisonner du lapin. Nous ne sommes pas rentrés tard car j’étais barbouillé. Mon corps doit s’adapter au médicament que l’on m’a prescrit. Je ressens un léger mieux. Mon piranha-samouraï fatigue mais il n’en est pas encore à son dernier soupir. Les dommages collatéraux passagers que m’infligent la molécule m’épuisent aussi je me ménage. Installés sous la varangue nous passons une belle fin de soirée. Le moins que je puisse dire, c’est que Ma Canaille ne manque pas d’imagination…
    Le jour où Flo est venue prendre soin de mon cocon, en prévision des flambées automnales, celle-ci est allée chercher un cageot d’écorces de bois à la scierie. Elle l’a déposé tout près de la porte fenêtre qui donne sur le jardin et comme il a fait très beau ces derniers jours le soleil a réchauffé les croûtes végétales au travers de la vitre. Entre blattes et pucerons j’ai dû utiliser du barrage aux insectes pour éradiquer cette vermine. L’esprit tranquille je ne m’en suis plus préoccupé. Dans la nuit il m’arrive de me lever pour boire un grand verre d’eau. Je n’allume que la veilleuse du salon pour ne pas déranger Bébé dans son sommeil. La brioche aux pralines qu’Hélène m’a donné l’exigeait. J’en avais ingurgité une énorme part en guise de dîner. Je venais de porter le verre à mes lèvres lorsqu’un hurlement de possédée a franchi mes lèvres. Il a dû réveiller tout le quartier. D’ailleurs, il me semble bien avoir entendu le Biotte aboyer. C’est le chien du papy qui habite en bout du chemin. Heureusement que Mon Fripon n’est pas cardiaque. Juste ensommeillé quand il s’est précipité hors de la chambre en croyant que je m’étais blessé. Il avait du mal à comprendre ce que je lui montrais d’une main tremblante.
    Je venais de découvrir Aragog confortablement campée sur ses huit horribles pattes dans ma tenture écrue. J’en frissonne encore, son corps avait la taille d’une balle de ping-pong! Oui bon, un gros radis rond. Bébé s’est improvisé dompteur d’arachnides parce qu’il était hors de question pour lui de la tuer. Un gros chinois, un journal et hop, dehors le monstre. Hystérique j’ai contraint Ash à déplacer un stère de bois à deux heures du matin. Cinq cent kilos de bûches et les pelures. J’admets, il est compréhensif mais jusqu’à un certain point. Lesdites bûches ont volé à travers la porte-fenêtre ouverte ce qui fait qu’à présent une magnifique sculpture en acacia entrave la fermeture du volet. Pour couronner le tout, j’ai vidé la bombe insecticide dans le salon et la cuisine. En toute logique, nous avons dormi avec la fenêtre de la chambre grande ouverte afin de ne pas être asphyxié. Tu es ridicule ma pauvre Mylhenn…
    Bébé m’a appris que mes beaux-parents ont contacté le notaire afin de finaliser l’achat de notre petit cottage. Si l’on peut nommer ainsi l’adorable champignon qu’est notre future maison aux Aspidies. Nous allons devoir réfléchir sérieusement à ce que nous désirons en faire. Je garde le claustra, c’est sans appel. Avec une banquette confortable en-dessous et des luminaires adaptés de chaque côté, cela devrait le faire. Pour l’instant je ne désire pas y penser car pour les rénovations je vais devoir m’expatrier pendant de longues semaines chez mes beaux-parents. Lamine est heureux comme un poisson dans l’eau à Palavas. Il m’a remercié en nous invitant Ash et moi dans un quatre étoiles vers lequel il nous a lui-même conduit. La conduite de Bébé est sportive, celle de Lamine est… redoutable. Il y a cinq ans de cela je n’aurais pas gagné une fortune en pariant sur l’avenir de Lamine. Tous des voyous clament certains politiques. Mon ‘‘arabe’’ a su rebondir avec succès. Depuis toute petite j’abhorre l’intolérance et la xénophobie. Le regard que l’on porte parfois sur mon mari me tourmente.
    Certains dossiers nécessitant l’approbation de monsieur le responsable de service -Bébé a obtenu sa promotion- Ma Canaille s’est enfermé dans son bureau pendant des heures
    J’en ai profité pour retravailler le vingt-troisième chapitre de Litchy en suivant les conseils de Chantal. Écrire est un travail à plein temps et j’adore ça! Je suis honteuse, mais depuis que je suis une jeune mariée, la paresse m’a envahi et je néglige mon clavier très souvent.

    Je prépare nos malles et sitôt revenu de mon voyage de noces… 

    « WaiTiNG WoRDS…A TRiP FoR TWo… »

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    2
    Jeudi 27 Septembre 2018 à 07:44

    En voilà un bonne nouvelle !!! Tu vas habité dans une théière !!! yes comme dans les histoires qu'on racontent aux enfants sages !!

    Tu devrais te "foutre" complètement du regard des autres......heureusement que nous sommes tous différents ....et moi j'adore les peaux bronzées...la mienne après 3 semaines d'exposition complète et intense a juste atteind la bonne couleur !!! Mais malheureusement dans quelques semaines elle sera à nouveau aussi pâle qu'un cachet d'aspirine (comme disait ma grand-mère).

    Bisous Chouquette.....bon voyage (je te fais complètement confiance pour rendre cette lune de miel inoubliable petite gourgandine winktongue).

      • Jeudi 27 Septembre 2018 à 09:06

        Tant que je le peux, compte sur moi...yeskissglasses

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :