• WeDDiNG PLaNNeR…

     

       …L’orage gronde au loin, alors que nous, nous séchons sous un petit trente-cinq!

    Je crains déjà énormément le froid, dès douze degrés c’est le pôle Nord pour moi. Mais je crois que la chaleur c’est encore pire. Palavas est un four. Depuis quatre jours et nous avons plus de trente-trois degrés en journée et la nuit la chaleur stagne, à tel point que même la brise qui vient de la mer ne rafraîchit pas. Et je me plains encore! Je dois vous dire que je suis très fatiguée et, ne voulant pas prendre le risque de faire faux bond au marié le jour venu, je suis allé m’installer -Flo les a appelé- auprès des tantines. Je dois mettre mes lunettes de soleil jusqu’à point d’heure tellement mes yeux me font souffrir. Je ressemble à un lapin albinos me dit Mam’adeine. C’est sympa. En toute innocence je pensais que c’était à cause des rayons mordants du soleil, mais lorsque mes talons se sont mis de la partie, j’ai compris qu’une crise s’annonçait. La nouveauté c’est qu’à présent, en dehors de ce fichu piranha qui dévore mes articulations, j’ai un point lancinant dans une fesse. La dose d’anti inflammatoires ne me soulage plus, ni mon tapis. J’ai aussitôt appelé l’infirmière car j’avais beaucoup de mal à respirer, m’imaginant déjà que mon cœur faisait à nouveau des siennes. Ma cage thoracique est comme rouillée! Bingo, me voilà sous perfusion car je risque une pneumonie? En plein été? J’en ai déjà eu une il y a quelques années, c’est costaud. Je ne tousse pas? Je suis essoufflé, j’ai mal à la tête, à la poitrine… de partout en fait. Je ne me suis même pas aperçu que j’avais de la température et que mes ganglions étaient enflés. La personne qui pratique régulièrement mes soins, Anne, est très réactive et j’ai une grande confiance en elle. Le médecin a confirmé…

    Je me repose en lisant et en rêvassant du jour prochain où je serais uni à Ashlimd. Je suis à la fois inquiète et impatiente. Je vais laisser Ma Canaille dans l’ignorance de mon souci de santé. Je sais que ce n’est pas honnête, mais il s’alarmerait et serait capable d’écourter son séjour. Je ne veux en aucun cas priver ces gens de ses compétences, ils comptent sur lui. Les tantines sont adorables, je le reconnais. Deux mères poules qui couvent un unique poussin, -les leurs se sont éloignés du nid il y a bien longtemps et elles ne parviennent plus à les regrouper, rires- cela en devient fatiguant pour ledit oisillon. Je me suis retiré dans la maison de bord de mer afin de goûter au charme de l’isolement. Cinquante-trois minutes après mon installation, c’était monsieur J qui venait me casser les pieds. Ceci est une façon de parler bien sûr, il s’inquiète d’autant plus qu’il n’est pas totalement instruit de l’évolution possible de ma maladie. Je ne me sentais pas de lui faire un exposé sur la spondylarthrite ankylosante, étant moi-même assez préoccupé par mon état. Je l’ai rassuré du mieux que je pouvais. Une bonne dose de respect envers lui a dû croître en moi puisque je l’ai accueilli avec gentillesse. De la véranda, nous nous sommes distraits en observant les vacanciers sur la plage. Je sais maintenant d’où me vient cet esprit mordant, voire médisant. Malgré sa soixantaine bien engagé, papa est resté très soigné de sa personne. Selon lui, l’on se forge le corps que l’on mérite. Il n’admet pas que l’on se laisse aller et ses commentaires sur les papy-bières me rendent le sourire. Il est certain -je ne désire pas brocader les vacanciers, mais c’est une réalité- qu’il y a beaucoup plus de ‘‘jésus cuits’’ que de ‘‘brindilles sèches’’ sur le sable. Cela dit du moment que la personne se sent bien dans ses baskets… papa ne voit pas les choses ainsi. Un grand merci aux deux gamins -quatorze ans, pas plus- qui se roulaient des pelles à l’abri des rochers, ils ont coupé court à la diatribe contre les obèses par choix dans laquelle se lançait monsieur J. Euh… mononucléose?, MST?, chlamydiae?, stop papa, je n’ai plus quinze ans bondieu! Pour ce qui est du relationnel et de la conversation, papa a encore du boulot. Je lui ai parlé d’une rencontre que j’ai faite au village et là, je n’ai pas su s’il fallait en rire ou ignorer ses remarques. Je viens de m’apercevoir que mon père est une véritable commère et… ça me plaît!

    Certains des habitants du petit bourg ont reçu les invitations au vin d’honneur qu’a envoyé mon père. Les commères ont commenté à langues déliées l’évènement du siècle lors de leur sieste en bande organisée si bien qu’à présent personne ne peut ignorer que je vais convoler en justes noces. En revenant de chez mon fleuriste je suis tombé sur la jeune génération des jacasses, à savoir Isabelle. Souvenez-vous la bonne copine qui bavait sur ma BMW. Á peine m’avait-elle aperçu qu’elle s’est approchée de moi en courant.
    - Je suis super contente de te voir Mylhenn! Je voulais te féliciter pour ton mariage, tu as l’air vraiment radieuse!
    - Je te remercie! J’étais abasourdi de l’entendre me complimenter. Ce n’était pas normal.
    - Tu as tiré le bon numéro dis donc! La véritable Isabelle était de retour. Je me disais aussi…
    - Il paraît qu’il gagne bien sa vie, au moins tu n’auras pas besoin de travailler! J’ai préféré rester muette et vexée par mon silence elle a poursuivi.
    - Remarque qu’avec ta famille tu n’as jamais connu les fins de mois difficile toi! Serait-ce que cette teigne commence déjà à radoter à son âge? Elle m’avait déjà balancé cela à la figure la dernière fois. J’allais mettre fin à SA conversation et disparaître lorsqu’elle a changé de sujet.

    - La vieille Sarah dit à tout le monde que vous allez faire une belle fête au domaine?
    - Oui c’est vrai, mais en famille uniquement! Sa question sous-entendait le : pourquoi ne suis-je pas invité? à plein nez alors j’ai pris les devants.
    - Depuis quand t’es-tu réconcilié avec tes parents? Seul mon regard lui a répondu.
    - Excuse-moi, je ne voulais pas être indiscrète!
    - Je dois rentrer Isabelle alors je te laisse, à plus! J’allais la planter là au milieu du trottoir, mais cela aurait été trop facile.
    - Sarah dit aussi que c’est ta famille et toi qui organisez tout? Il existe des professionnels pour cela tu sais? Il y en a même qui sont spécialisés dans les mariages orientaux!
    Je l’ai regardé bêtement -mariage orientaux?-avant de lui répondre vertement.
    - Qu’est-ce que tu veux vraiment savoir? Cela nous évitera de prendre une insolation!
    - Rien, rien, pourquoi le prends-tu avec autant d’animosité? Elle a posé sa main moite sur mon bras en signe d’apaisement, je n’avais qu’une envie, c’était de la voir partir.
    - Je n’aime pas les codes, je veux de l’inédit et mon mari aussi! Je n’ai pas besoin d’un conseiller pour m’aider à choisir des fleurs ou un gâteau! J’aurais du me taire.
    - J’ai fait une bourde, tu n’es plus avec ton asiatique, c’est çà hein? Cela a été la goutte d’eau qui fait déborder le vase.
    - La prochaine fois que tu m’aperçois Isabelle, passe loin de mon chemin! Très loin! Et je lui ai carrément tourné le dos pour décamper fissa.
    - Christian a raison, tu es vraiment devenu une sacrée bêcheuse! Je n’ai pas relevé, mais maintenant je sais d’où elle tient les ragots qui la nourrissent.

    Cela a bien fait rire monsieur J qui m’a appris que les parents d’Isabelle ont divorcé il y a un an et demi de cela et que son frère s’est ‘‘fait la malle’’ avec la petite bonne qui remplaçait madame cancan, autrement dit Sarah. Je comprends mieux son aigreur à mon encontre à présent. De potins en rumeurs, de qu’en-dira-t-on en papotages, nous en sommes arrivés sur mon addiction à la vodka. Papa J m’a félicité en apprenant que cela ferait trois ans en septembre que je faisais abstinence. Je mentirais si je jurais n’avoir jamais absorbé une gorgée d’alcool. Parfois je me laisse tenter par un cocktail lorsque nous séjournons dans l’hôtel parisien qui nous accueille Bébé et moi lors de nos escapades. Il m’arrive aussi, lorsque nous recevons des invités à la ‘‘Petite Paix’’ de me servir un verre de vin de Champagne rosé. Cela s’arrête là. Quant à la vodka pure, je n’ai pas vaincu mon addiction, mais je l’ai dompté et je n’en suis pas peu fière. Je reconnais que certaines fois je dois serrer les dents et vite penser à autre chose, mais je n’ai plus besoin d’appeler à la rescousse. J’explique à monsieur J que j’ai commencé à boire quand Christian m’a ‘‘récupéré’’ malgré une injonction d’éloignement, après mon séjour en maison d’arrêt. L’alcool doux amer qu’est la vodka était devenue la panacée idéale pour calmer mon angoisse et mes douleurs. Parfois je devrais tourner sept fois ma langue dans ma bouche avant de parler. Oooops, je viens de me souvenir qu’il n’était pas au courant de cet épisode de ma vie!
    Je pense que Bébé a dû le briffer sur pas mal de mes infortunes, car s’il ignorait que j’étais allé six mois en prison, il semblait parfaitement au courant de mes dépendances, beuh y compris. En soirée, dès que les derniers ‘‘estivants’’ eurent déserté la plage, papa est allé nous chercher un énorme plateau de petits légumes puis a confectionné un super aïoli. Je me suis gavé de petites asperges vertes, de cubes d’avocats, de tomates cerises et de pain au sésame. Après deux pêches pour dessert, j’étais rassasié. Pourtant cela semblait insuffisant pour monsieur J qui m’a ramené un thé blanc au jasmin pour faire glisser une poignée de navettes qu’il avait grappillé au passage chez les tantines. Heureusement que je ne dîne pas tous les soirs en sa compagnie car je deviendrais vite un… ‘‘jésus cuit’’. Ce matin j’ai une sinusite du diable et je commence à tousser. En consultant mes résultats sur le site du laboratoire –j’ai oublié de le faire hier- qui a effectué mes analyses médicales je crois comprendre que c’est une bactérie qui a forcée mon système immunitaire affaibli par une énième crise de ma S.A. Je suis dégoûté. L’on va m’ôter ma perfusion, mais je vais devoir ingurgiter des tonnes de comprimés. Avec un peu de vodka? Je plaisante.

    Je me suis endormi dans le jacuzzi lundi soir et j’étais ‘‘fraîche’’ en me réveillant…

    « MoTS iNTeRDiTS… De FuTuRS DeXTeR… »

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    2
    Lundi 30 Juillet 2018 à 13:03

    J'admire ton felgme !!! La prochaine fois dis lui d'aller se faire f...tre...et n'oublie pas de lui dit que Christian avait un penchant pour elle...ou cas elle voudrait avoir un p'tit aperçut de l'enfer....

    BIsous Miss Chouquette et fais attention a tes fesses si tu les laisse trop longtemps dans l'eau..elles seront toutes flètries !!

      • Lundi 30 Juillet 2018 à 13:17

        Elle est encore capable d'aimer çà! C'est fait je ne lui adresserai plus la parole si je la croise! De belles fesses mais un début de pneumonie à cause d'une bactérie... Bisous smile

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :