• DaD & MuM…

       …Faire ma princesse pendant quatre jours, c’est le présent de Noël que m’a offert bébé! 

    Nous avons joué les touristes en amoureux, main dans la main, à Londres en partant à la découverte des rues, avenues, ruelles et places de la ville. Voiture avec chauffeur s’il vous plaît, pour rendre visite à l’un des meilleurs amis de mon mari, Kunaÿ. Celui-ci m’a montré quelques-unes de ses créations pour un hôtel dans un pays nordique, c’est du domaine du fantastique. Les jours suivants, entre monuments, salons de thé, boutiques et restaurants nous avons été occupés une bonne partie de nos journées, mais dès dix-huit heures nous rejoignions notre palais. Il y a peu, Bébé m’avait promis un séjour dans l’hôtel qui se situe au trente-quatrième étage du gratte-ciel le plus haut du royaume uni. The Shard -l’éclat- quatre-vingt-treize étages, porte bien son nom. Ses baies offrent les plus belles vues sur la capitale. Tout y est luxueux et démesuré. Des bureaux aux logements en passant par un lieu d’exception, le Shangri-La. The Shangri-La at the Shard plus exactement. À notre arrivée, au rez-de-chaussée du Shard nos bagages sont passés au scanner de sûreté comme dans un aéroport et nous sommes ensuite dirigés vers l’ascenseur qui conduit à la réception de l’hôtel qui se situe au trente-cinquième étage. Dans le grand hall, près du desk, je me trouve un brin insignifiante avec mon tailleur vintage dernière mode à carreaux rouges, noirs, blancs et mes boots western à boucle argentée. Je ne le suis pas, mais le cadre somptueux des lieux m’impressionne. L’accueil se déroule dans une sorte d’amabilité attentionnée à tel point que je m’imagine déjà que bébé est un de leur client régulier. Bébé m’explique que dans ce genre d’établissement chaque client est traité respectueusement mais comme un client régulier afin que cela lui donne l’envie de revenir. Réservation confirmée, l’on nous accompagne à notre chambre. Une fois les stores remontés, la vue est à couper le souffle! Nous n’avons pas besoin de ranger nos affaires dans les dressings, une employée s’en charge pendant que l’on nous explique les fonctionnalités de la chambre. Je déteste que l’on touche à mes dentelles et frou-frous, mais pour cette fois je ne m’en plaindrai pas. Les costumes et les chemises de Bébé sont alignés au cordeau. Du cinq étoiles quoi! Un sitting d’une douzaine de personnes contre la faim dans le monde serait envisageable dans le lit tellement celui-ci est gigantesque. J’ai intérêt à me serrer contre Bébé si je ne veux pas le perdre au cours de la nuit. Le chocolat trône sur l’oreiller. Je sais déjà pour qui il va être. Dans la salle de bains, la baignoire flotte au-dessus des nuages. Étage quarante-quatre. Il ne faut pas avoir le vertige croyez-moi. C’est comme pour la piscine -dommage, trop bondée pour moi- le décor est magique. Bref, prestations étoilées avec mentions spéciales. Lit ouvert pour la nuit, majestueux festival des lumières de la ville et dodo douceur. Jus de mangues au petit déjeuner, je suis conquise. Que dire de plus? Salon de thé-restaurant service parfait, et saluons le grand professionnalisme du personnel! Je ne crois pas que j’oublierai ce séjour de sitôt. Merci Bébé… 
    Bagna cauda? Mademoiselle Françoise possède un certain don d’empathie. Depuis quelques temps, je me languis de ma ‘‘Petite Paix’’, des tantines et de mes habitudes alimentaires …décousues. Surtout depuis le départ de ma cousine en fait. En hiver j’aime énormément ce que l’on nomme la très conviviale bagna cauda. Une sauce anchoïade chaude préparée à base d’ail, d’anchois et d’huile d’olive. Les tantines mixent de la mie de pain trempée dans du lait et rajoutent ce mélange crémeux à la sauce avant de la faire chauffer. Cela sert d’accompagnement pour des gressins et des légumes taillés en bâtonnets. Ce serait mon arrière arrière-grand-mère niçoise qui l’aurait transmise aux générations qui suivaient. Or donc, notre maître des menus a voulu me faire plaisir en me proposant cette préparation et je reconnais que des cardes aux artichauds violets en passant par le fenouil et le céleri branche, tout a été parfait. Cela dit, je commence à trouver le temps long, les travaux de notre «Mushroom» traînent en longueur. Mumy et Papily sont adorables mais il nous tarde à Bébé et à moi de nous retrouver seuls chez nous. Ma Canaille a rouvert ses dossiers ce qui l’occupe beaucoup. Alors, de par le fait je me suis remise au travail. J’aime beaucoup le petit salon du haut je m’y sens comme sur une île déserte pour écrire. Je dois bien reconnaitre que c’est aussi en partie pour échapper à l’œil vigilant de Madam’. J’espère qu’elle ne s’imagine pas que, tout comme Hailie je vais la suivre dans ses activités et engagements. Mon business ce sont Bébé et mon écriture. Je veux bien participer à l’élaboration de cartons d’invitation, de plans de table, de menus calligraphiés et d’ambiance conviviale pour ses réunions, séminaires et autres associations caritatives, mais cela s’arrêtera là. Et puis, sans copiner, je suis plus à l’aise avec les domestiques qu’avec les hôtes de ma belle-mère. Les pouliches harnachées, les dandys imbus d’eux-mêmes, les Lord aux grandes ambitions ou les dames patronnesses puritaines de la vieille Angleterre commencent à me courir sur le …oups, que l’on me pardonne, mais j’abhorre ce milieu! Samedi matin, Hailie nous a fait une belle surprise en nous confiant la petite pomme pour le week end. Elle emmenait les grands sur un circuit de kart. Ce gamin est adorable. Il était radieux en pilotant la petite voiture rouge que le Père Noël, en la personne d’Ash, lui a apporté sous le sapin. Le rire de Rudyard est la meilleure des thérapies pour moi. J’aime beaucoup ce petit. Quant à Bébé, il en oublie ses rapports confidentiels en sa présence. Depuis qu’il a entendu Hylam nommer son frère A-Jaï, le minot appelle Ash ainsi. Le mot le ravit et il le répète à l’infini. Cela fait fondre mon grand benêt de mari qui aussitôt explique à Rudyard d’où lui vient ce surnom. Et moi? Mon cœur se serre quand je vois des étoiles dans leurs yeux lorsqu’ils se regardent. Il est une question que j’aimerais poser à ma belle-sœur, mais j’en suis encore incapable. J’ai trop peur que sa réponse ne soit pas celle que j’attends. Bébé, Rudyard et moi avons passé l’après-midi au parc, et pour la première fois de ma vie, j’ai entrouvert une porte que je ne désire pas refermer brutalement. À notre retour, la salle de bains a très vite ressemblé à un bain turc tellement il y avait de vapeur sur les murs, ou à une piscine, je ne saurais le dire? Après la toilette du petit, Bébé et moi étions aussi mouillés que lui. C’est Philippine qui a apprécié. Nous avons pris le repas en famille, Rudyard a voulu se mettre entre nous et j’ai eu la désagréable impression que Madam’ n’appréciait pas notre méthode d’éducation. Je la comprends. Notre protégé n’a pas mangé grand-chose alors j’ai discrètement demandé un peu de lait chaud à Steven. Hailie dépose toujours des petits pots de compote et un biberon avec de l’instantané biscuité dans le sac du petit. Au moment du coucher, James a préparé un lit d’appoint en catastrophe dans notre chambre car le minot sanglotait, disant qu’il voulait dormir avec nous. Bébé et moi ne sommes vraiment pas prêts à élever correctement un enfant. Ah bé nous ferions de sacrés parents. Aussitôt son biberon bu, Rudyard s’est endormi. Ma Canaille est restée un long moment à l’observer dans son sommeil un sourire béat aux lèvres, j’aurais aimé pouvoir lire dans ses pensées. 
    - Your cockroach is gone? Ce triste sire a le culot de se moquer de moi en plus. Mais il a raison, je n’ai pas eu un instant à moi pour m’apitoyer sur mes états d’âme. Nous sommes restés très sages et avons dormi comme des bébés cette nuit-là.

    Test réussi: Grady est compétent et d’un calme olympien. Céleste est ordonnée et minutieuse…

    « NeW yeaR'S eVe… CéLeSTe & GRaDy... »

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 21 Janvier à 07:22

    Il semblerait que si !!! Vous êtes prêts et adorables !!!yesBisoussss...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :